Desp

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2973 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE MASSACRE DES ITALIENS A AIGUES-MORTES, 1893

Introduction

« Aquae Mortuae », qui signifie les « eaux mortes » est le terme donné à la cité d’Aigues-Mortes dans l’antiquité ; une appellation qui semble correspondre à son histoire. Beaucoup on dit de celle-ci, « que là-bas plus qu’ailleurs le mort saisi le vif ».

Cette ville de bord de mer, au cœur de la Camargue est emprisonnée par lesétangs et les marécages. Isolée du reste du royaume par cette barrière naturelle, elle garde contact avec l’extérieur grâce à son port qui joue un rôle important dans la dynamique de la ville.

L’endiguement d’Aigues-Mortes a façonné une forte identité collective de la population, qui s’est consolidé par l’exploitation des marais. Le levage du sel, aussi appelé « or blanc » à cette époque, estau centre de l’économie de la ville. Son exploitation nécessite chaque année un besoin important de main d’œuvre saisonnière et donc de migrants. Par la proximité géographique et pour de nombreuses autres raisons, les migrants italiens sont les plus nombreux à Aigues-Mortes, en particulier les Piémontais et les Toscans.

Or depuis 1882, l’Italie a signé une alliance « la Triplice », avecl’Allemagne et l’empire austro-hongrois, ce qui l’oppose directement à la France. Et Giolitti qui est désormais au pouvoir se confronte en plus de cela a la France dans un conflit colonial concernant l’Ethiopie. Les relations entre les deux pays sont tendues et le racisme sévit de chaque côté des Alpes.

Lorsque des révoltes ouvrières anti-italienne éclatent un peu partout en France comme à Marseille en1881, la paix entre les deux pays n’est pas réellement menacée. Mais le pogrom d’Aigues-Mortes en 1893 (émeute sanglante dirigée contre une minorité ethnique ou religieuse) est le premier grand pogrom de l’histoire contemporaine de la France et surtout le plus dangereux. Il reste celui qui a marqué les mémoires et qui est passé très près d’une déclaration de guerre.

Aussi nous sommes nousdemandés si le massacre des Italiens à Aigues-Mortes le 17 aout 1893 n’a pas été l’évènement révélateur des tensions qui existaient entre les deux pays à cette époque ?

Pour répondre à cette question, nous allons voir dans un premier temps que la cohabitation des français et des italiens à A-M été difficile et dans une 2è partie que c’est dans ce contexte que c’est déclenché un pogrom « contre lesennemis de la France. Enfin nous nous demanderons si cette affaire franco-italienne a mené a des changements dans les relations de ces deux pays.

II. Un Pogrom contre les ennemis de la France

A. La situation catastrophique de l’été 1893

Comme on l’a vu, les facteurs de crises étaient nombreux et la situation catastrophique de l’été 1893 a déclenché le massacre. Gérard Noiriel adit de cette situation (p.64). Selon lui une accumulation de problème à Aigues-Mortes a fait de l’été 1893, un été catastrophique.

Au mois d’août de nombreux saisonniers des régions limitrophes migraient vers Aigues-Mortes pour se faire employer dans les salins. Le pourcentage des Italiens étaient très important. La CSM déclara que sur les 750 ouvriers qu’elle avait embauché cet été là, 621étaient Italiens. Chaque été le mois d’aout est donc un moment critique pour la population d’Aigues-Mortes. Si la CSM a beaucoup investi pour prendre le contrôle des salins, elle ne s’est pas préoccupée de la sécurité de ceux-ci et n’a rien dépensé pour accueillir dans des conditions raisonnables une masse importante de population très hétéroclite. Pourtant le manque de sécurité avait déjà poséproblème avant l’été 1893. En 1871, on rapporte qu’il y avait dans les salines seulement 4 gendarmes pour surveiller près de 1500 ouvriers et que la compagnie la plus proche ensuite était à 10km. Plusieurs fois le maire de la ville fit appel au préfet pour obtenir de l’aide, il mentionne que l’arrivée dans sa commune de plus de 2000 individus pour la plupart dit-il étant des « vagabonds » ou des...
tracking img