Discrimination positive en france

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1290 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

[pic]

Introduction

La discrimination positive est un ensemble de mesures visant à favoriser certaines personnes appartenant à des catégories dont des membres subiraient ou auraient subi des discriminations systématiques, par exemple :
- Les personnes handicapées
- Les personnes étrangères, particulièrement les gens «  matent de peau  »
- Les femmes
Pour certains, cettepolitique serait exercée au détriment d'autres catégories et s'opposerait au principe d'égalité de droit. Pour d'autres, elle permettrait la promotion sociale, économique et politique de groupes discriminés. Les catégories de personnes concernées peuvent être définies, selon le cas, à l'aide des critères sexuels, ethniques, médicaux, culturels, linguistiques, religieux, socio-économiques outerritoriaux.
La discrimination positive est apparue aux Etats-Unis dans les années 60 par John Fitzgerald Kennedy pour favoriser l’égalité des Noirs (auparavant esclaves) envers le reste des américains mais aussi pour qu’il s’intègrent mieux dans la population américaine en leur trouvant des emplois qualifiés ( média, professeur, etc.)
Cette idée de favoriser certaines catégories de personne, estrapidement entrée en France dans les années 80, avec la loi du 10 juillet 1987 qui favorise les travailleurs handicapés.
Cependant l’expression «  discrimination » est mal vue par certains hommes politiques, on parle alors « d’égalité des chances » ou « action positive »  qui reprend le terme américain « affirmative action ».

Problématique

La discrimination en France, à la fois professionnelle,politique, éducative et sociale, est-elle positive ou négative ?

Plan

I- Discrimination positive, pas pour tout le monde
1- Points positifs
2- Points négatifs
3- Exemples extérieurs
II- Discrimination positive, les personnes concernées
1- Avantages
2- Inconvénients
3- Exemples extérieurs

II- Discrimination positive, lespersonnes concernées

1) Avantages

Plusieurs programmes de discrimination positive vise les jeunes issus des banlieues défavorisées : en 2001, l'école Sciences Politiques de Paris a mis en place une action pour favoriser certains lycéens de ZEP (Zone d’Education Prioritaire) qui entrent sans passer le concours. En 2002, l'ESSC (Ecole de Soins et Santé Communautaire) a débuté le programme"Une grande école, pourquoi pas moi ?". Depuis 2005, le lycée Henri IV réserve une classe préparatoire aux études supérieures aux lycéens boursiers.
En France, la discrimination positive s'applique non seulement aux minorités visibles mais aussi aux femmes : les Françaises subissant en effet des différences de traitement dans le monde de l'emploi (salaires, conditions d'avancement) et enpolitique, plusieurs lois ont été votées pour favoriser l'égalité de droit. La loi sur la parité de 2000 impose aux partis politiques de proposer 50 % de candidates.
L'action fiscale est pour l'instant le moyen privilégié par l'État français. Il permet de rendre plus rentable l'emploi des catégories défavorisées. L'employeur rationnel, qui cherche à maximiser les profits est donc encouragé à embaucher cescatégories.

2) Inconvénients

¤ La discrimination en matière d'éducation dévalorise les diplômes obtenus, leur prestige n'est plus le même. Leur valeur diminue également pour les entreprises, qui peuvent avoir tendance à rejeter plus encore les personnes membres d'un groupe « discriminé positivement », y compris ceux ayant obtenu le diplôme sans cette aide. Mathieu Laine rapporte ainsidans La Grande Nurserie l'exemple de Stefen L. Parker, étudiant en droit qui postula en 1980 à Harvard et fut recalé puis reçut quelques jours après une lettre de Harvard disant : « Nous ne savions pas que vous étiez noir et nous serions en réalité ravis de vous recevoir parmi nous ». Pour Laine, « le soupçon sur les qualifications est l'odieuse conséquence des politiques de discrimination...
tracking img