Discussion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1993 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Maëlle et moi nous sommes quittés il y a exactement 14 jours. Deux semaines piles. Personne ne sait pourquoi nous nous sommes séparés, pas même Tom, surtout pas Tom. Elle m'a demandé de choisir entre elle et lui. Elle, ma petite amie depuis presque trois ans, et lui, mon meilleur ami depuis tellement longtemps qu'il m'a connu avec des cheveux bouclés. Oui, ça fait bien un siècle, déjà, qu'on seconnaît. Maëlle, si jolie, si joyeuse, mais aussi si possessive et colérique. Tom, si parfait, mais si débile, un ami comme on n'en voit peut, loyal, drôle et attentif. Elle était fatigante, il était reposant. Car Tom Kaulitz a un cœur, oui, oui, je vous le jure. Quoiqu'en disent les médias, Tom est quelqu'un de généreux, et s'il fait son salaud avec les filles, c'est qu'il a une raison. La fillequi l'aime a un copain. Et il n'arrive pas à imaginer son avenir sans elle, alors il essaye de l'oublier en couchant à tout va.
LennyUne autre raison pour laquelle j'ai choisi Tom ? Tokio Hotel. Il est le guitariste du groupe qui représente ma vie. Je veux bien tout perdre tant qu'il me reste la musique. Je me plais dans ce groupe mieux que je ne serais jamais ailleurs. Nous nous sommes séparésparce que je préférais mon groupe à Maëlle. Parce que je préférais Tom à Maëlle. Et je n'avais pas spécialement envie de le dire à qui que ce soit ; même si je crois que Gustav s'en doute. De toute façon, Gustav sait tout.
LennyAu début, je souffrais de notre séparation. Comme nous étions en vacances, je ne sortais pas de chez moi, passant mon temps à jouer et rejouer des morceaux à la basse. Leson grave et lourd m'assourdissait, me remplissait l'esprit et me faisait oublier le sourire de Maëlle. Quelque chose me préoccupait, mais je ne savais pas ce que c'était. Quand je voyais une photo de Maëlle et moi, je ne ressentais rien. Quand je voyais une photo du groupe, où nous étions parfois quatre, parfois trois, parfois deux, mon cœur se mettait à battre. J'aimais particulièrement regardercelle où je suis assis sur Tom, dans le sable, aux Maldives. Il rigole à gorge déployée. Je me souviens que c'est Gustav qui a pris cette photo, qui me fait rire, qui me donne le sourire. J'imagine que je suis nostalgique de ces moments d'insouciance.
LennyUn jour, Tom était venu chez moi, avait ouvert les volets, aéré l'appartement, fais le ménage. Il m'avait mis sous la douche, m'avait habillé,lissé les cheveux, m'avait rendu présentable, et m'avait tiré hors de chez moi. Nous étions allés au restaurant. Il m'avait commandé mon plat préféré, et avait animé tout le repas en racontant les dernières stupidités de son frère, la dernière crise de nerfs de David, ses dernières conquêtes. Il avait parlé d'un morceau en cours d'écriture, il avait parlé du couple de vieux à quelques tables denous, il avait parlé du cul de la blonde qui venait de passer devant le restaurant, il avait parlé du double menton du patron de l'épicerie en face, il avait parlé du temps, il avait parlé de la couleur de la nappe, il avait parlé de la putain de tache à la con qu'il s'était faite avec sa sauce tomate, il avait parlé de l'augmentation des paquets de cigarettes, il avait parlé du vin carrément bon,il avait parlé de son adoration pour les glaces à la pistache, il avait parlé de ses chaussures super confortables.
LennyJe n'avais pas prononcé un mot.
LennyMais Tom s'en accordait, Tom souriait, Tom gardait sa bonne humeur et sa fraîcheur, Tom ne laissait pas tomber. On était sortit du restaurant, il m'avait obligé à tiré sur une clope pour me détendre. On était rentrée chez moi. Il m'avaitinstallé sur le canapé du salon et m'avait demandé si j'avais envie de faire quelque chose. Je n'ai pas répondu. Il avait soupiré, d'un soupir qui fend l'âme. Et il s'était agenouillé devant moi et avait pris la parole d'une voix sérieuse. Il parlait vraiment.
Lenny« Georg, je sais que tu es mal, Maëlle et toi c'est finit, et personne ne sait pourquoi. Au pire, ça c'est pas grave, que je ne le...
tracking img