Dissert philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (696 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans un village de la Manche, dont je ne veux pas me rappeler le nom, vivait il n’y a pas longtemps un de ces gentilshommes avec lance au râtelier, bouclier de cuir à l’ancienne, levrette pour lachasse et rosse efflanquée. Du bouilli où il entrait plus de vaches que de mouton, du hachis presque tous les soirs, des ' ufs au lard le samedi, le vendredi des lentilles, et, le dimanche, un pigeonneaupour améliorer l’ordinaire, voilà qui mangeait les trois quart de son revenu. Un justaucorps de drap fin, avec chausses et pantoufles de velours pour les jours de fête, et l’habit de bonne serge dontil se contentait les jours de semaine absorbaient le reste. Il avait chez lui une gouvernante de plus de quarante ans, une nièce qui en avait moins de vingt, et un valet bon à tout, qui sellait larosse aussi bien qu’il maniait la serpe.
Notre gentilhomme frisait la cinquantaine ; il était de constitution robuste, sec de corps, maigre de visage, toujours matinal et grand chasseur. On nesait pas très bien s’il avait nom Quichada ou Quesada (les auteurs qui en ont parlé sont en désaccords sur ce point) ; néanmoins, d’après les conjectures, il est probable qu’il s’appelait Quechana. Maisc’est sans importance pour notre histoire ; il suffit qu’en la racontant on ne s’écarte en rien de la vérité. Or, il faut savoir que ce gentilhomme passait ses heures d’oisiveté, c’est-à-dire le plusclair de son temps, plongé avec ravissement dans la lecture des romans de chevalerie, au point qu’il en oublia presque l’exercice de la chasse et l’administration de son bien. Pour satisfaire cetteavidité extravagante, il finit même par vendre plusieurs arpents de bonne terre et s’acheta autant de romans qu’il put en trouver.
De tous les livres entassés dans sa bibliothèque, ses préférésétaient les ouvrages du célèbre Félicien de Silva, dont le style limpide et les discours entortillés faisaient ses délices ((((( . De telles phrases faisaient perdre la tête au pauvre gentilhomme ;...
tracking img