Dissert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1125 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION

Les Faux-Monnayeurs est le titre d’un roman écrit par André Gide en 1925. L’auteur dira de cette œuvre que c’est le seul roman qu’il ait jamais écrit. Ce roman est considéré comme l’un des plus importants du XXème siècle, précurseur du mouvement littéraire Le Nouveau Roman.
À la fin de la première partie, Edouard a pris Bernard comme secrétaire et s’est donc engagé auprès de laPérouse à aller chercher Boris en Suisse à Saas-Fée. Il emmène avec lui Laura dont la situation reste problématique.
La lettre de Bernard à Olivier ouvre la deuxième partie, elle a pour but de donner des nouvelles. Celle d’Oliver ferme la deuxième partie, c’est la réponse à celle de Bernard. Elles révèlent de nombreuses choses sur les personnages et les sentiments qui les animent.
La lecture doitse faire en miroir car elle renseigne les personnages eux-mêmes mais aussi sur l’écrivain et son rapport du langage et à l’écriture.

I – Deux lettres symétriques

A) Les parallélismes

La lecture de ces deux lettres présente de nombreux parallélismes, même registre de langue dans l’adresse liminaire : « Cher vieux » ; que dans l’usage des mêmes tournures familières : « Bachot » ;  « menipper ».
Parallélisme dans les nouvelles données : il est frappant de voir comment Olivier reprend mot pour mot, ligne pour ligne les formules de son camarade : « que je te dise d’abord » ; « une occasion unique s’offrait à moi de partir en voyage » ; « j’ai sauté dessus ».
Identité de situation des deux personnages : l’un comme l’autre se retrouve en voyage avec un homme plus âgé qui suscitel’admiration : « ton oncle est un type épatant » / « il est tellement spirituel »

B) La parodie

La lettre d’Olivier apparaît comme une parodie, les parallélismes vont accentués les divergences. En effet, dès les premiers mots, on s’aperçoit que la lettre d’Olivier s’inscrit en opposition à celle de Bernard : « j’ai séché le bachot ».
Bernard expose en détail la relation avec Vincent et Lauraen maintenant sans cesse le contact avec le destinataire de la lettre. Alors que chez Olivier, il évacue Vincent.
Il moralise le propos avec l’emploi du présent gnomique et du pronom nous : « Bien des actes nous apparaissent » ; « Nous avons à notre âge ». Cette façon de faire contraste avec le ton employé par Bernard (ton moralisateur ≠ ton spontané). Bernard consacre une bonne partie de salettre à parler de tierce personne tandis qu’Olivier se met en avant comme le montre le ton emphatique : « Sache que c’est le rédacteur… ».

C) Deux caractères distincts qui apparaissent

Bernard se montre spontané : « j’ai sauté dessus » ; « je n’ai pas pris le temps de réfléchir ». Olivier est quant à lui, beaucoup plus frileux : « je balançais encore » ; « j’hésitais ». L’admiration deBernard pour Edouard est étayée par de nombreux exemples qui ne concernent pas Bernard : « ce qu’Edouard été gentil en la circonstance » ; « c’est moi qui lui rendais service ». Alors que l’admiration d’Olivier pour Passavant répond plus à de la flatterie : « Passavant est si généreux ».

II – La confusion des sentiments

À travers les deux lettres, l’amitié des deux amis prend plutôt le chemin dela rivalité qui a pour origine un sentiment exclusif et ambigu à l’égard d’Edouard.
La lettre d’Olivier est plus qu’une réponse à celle de Bernard, c’est une véritable réaction qui transpire la jalousie. La maxime de la Rochefoucault signale que la lettre va révéler des défauts plus que des qualités. À la fin, le narrateur précise que c’est le défaut qu’il l’a fait écrire : « Ces lignes […] decette lettre de parade était toute dictée par le dépit ». Olivier mentionne à plusieurs reprises l’impact de la lettre de Bernard : « la lecture de ta lettre » ; « après avoir lu ta lettre » ; « dans laquelle ta lettre fait allusion ». Or si la lettre de Bernard a fait tant d’impact, c’est parce qu’Edouard est l’enjeu de la concurrence. Il n’est jamais question d’Edouard dans la lettre...
tracking img