Dissert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1503 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Exemple d’analyse

S.A. [Intéressée par l’étude psychologique de personnages imparfaits, la tragédie classique est reconnue pour sa façon impitoyable de traiter le thème de la passion. Destructrice, cette dernière l’est autant pour le personnage qu’elle contrôle que pour ceux qui l’entourent]. S.P. [C’est cette passion irrationnelle qui est révélée dans les scènes 2 et 3 de l’acte II de latragédie Britannicus de Jean Racine. Néron s’est épris de Junie, sa captive, mais le lecteur a tôt fait de comprendre à quel point son amour pour elle est impossible]. S.D. [Que ce soit en raison de la nature paradoxale de cet amour de Néron ou en raison de l’absence de réciprocité du côté de Junie, le fantasme de Néron était destiné à ne jamais voir le jour]. (120 mots)
IP 1[L’amour que Néron ditéprouver pour Junie semble rempli de contradictions]. IS a [D’abord, Néron idéalise Junie] : PR a [il utilise d’ailleurs le terme hyperbolique « idolâtre » (v. 384). Il affirme plus loin que « c’est cette vertu, si nouvelle à la cour, / Dont la persévérance irrite [son] amour » (v. 417-418). Or, s’il reconnaît que Junie est vertueuse, comment s’attend-il à ce qu’elle accepte de l’épouser puisquecela signifie qu’il doit d’abord répudier Octavie, son épouse actuelle? Néanmoins, Néron idéalise tant Junie qu’il ne prend pas conscience de cette contradiction]. IS b [Il ne se rend pas davantage compte que si Junie accepte son amour et décide de l’épouser, il n’aura plus de raisons de l’aimer. En effet, un plaisir sadique à la voir souffrir semble être à l’origine de ses sentiments] : PR b[« J’aimais jusqu’à ses pleurs que je faisais couler » (v. 402). Cette hyperbole surgit alors que Junie se fait arrêter sur les ordres de Néron et que, cruel, ce dernier s’éprend de la belle aux « yeux mouillés de larmes » (v. 387). Néron pourrait-il aimer avec autant d’intensité une Junie consentante et heureuse?] IS c [De plus, on a souvent l’impression que Néron est en réalité uniquement capable d’amourpour lui-même]. PR c [Son égocentrisme transparaît à travers les nombreux pronoms à la première personne du singulier qu’il utilise : « je me », « moi seul » et « je veux » (v. 564-566) n’en sont que quelques exemples. Lorsqu’il expose à Junie les raisons qui l’ont amené à se désigner lui-même comme seul être digne de devenir son époux, il dit : « Je vous nommerais, Madame, un autre nom / Si j’ensavais quelque autre au-dessus de Néron » (v. 573-574). Il reproche également à Junie ses sentiments pour Britannicus en s’étonnant « qu’elle ait consenti d’aimer et d’être aimée / Sans [qu’il] en [soit] instruit par la renommée » (v. 551-552). Néron est imbu de lui-même et veut tout contrôler : on comprend donc que l’exploit de séduire l’amante d’un rival et de plier quelqu’un à sa volontél’intéresse plus que l’amour de la dame en question]. IS d [Ce trait de caractère explique qu’il ait recours à des propos violents, remplis de menaces et de jalousie lorsqu’il constate qu’il ne peut obtenir ce qu’il veut. Cette violence est pourtant tout le contraire de l’amour.] PR d [Juste après avoir avoué son envie envers Britannicus, il dit : « tout autre que lui me paierait de sa vie » (v. 660). Ilsemble alors que la violence de Néron pourrait faire une exception pour cette fois, mais Junie est vite détrompée lorsqu’il énonce la menace suivante : « Si ses jours vous sont chers, éloignez-le de vous » (v. 669). À l’aide d’une métaphore euphémisante (« ses jours »), Néron désigne la vie de Britannicus, qui pourrait être menacée si Junie continuait à lui accorder ses faveurs]. PT [ Junie seretrouve donc dans une position impossible : elle doit éloigner son amoureux et épouser une personne qu’elle n’aime pas. Dans ces conditions, on voit mal comment elle pourrait payer de retour les sentiments de son empereur]. (500 mots)
IP 2 [En effet, Junie ne partage pas l’amour que Néron dit éprouver pour elle]. IS a [Le fait même qu’elle soit vertueuse l’éloigne de la soif de pouvoir...
tracking img