Dom juan tirade inconstance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (627 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Français : Dissertation
Sujet : Le perso de Dom Juan que le spectateur découvre dans sa tirade de l’inconstance est-il en adéquation avec le portrait que Sganarelle a fait de lui dans la scèned’exposition ? Peut-on limiter Dom Juan au « grand méchant homme » ?
Le XVII ème siècle est marqué par l’instauration progressive d’une pensée officielle. Dans tous les domaines apparaît un ensemble devaleurs esthétiques qui reposent sur l’ordre, le bon goût et la recherche d’une certaine perfection.
Ainsi, on voit apparaître en littérature les louanges d’une écriture limpide et claire qui saitanalyser les passions humaines, plaire et instruire ensemble. Le baroque n’est plus qu’une ombre bientôt effacée.
Mais le XVIIème siècle est aussi celui des libertins et du libertinage. En mêmetemps survivent des traces dans le libertinage et l’épicurisme, qui goûte le bonheur de l’instant présent et la jouissance de vivre. On peut ainsi étendre le libertinage jusqu’à désigner, de façon plusfloue, des comportements de débauche et de frivolité.
Certes, Dom Juan est soumis dans la scène d’exposition à un portrait peu flatteur. En effet, Sganarelle fait de lui une description où ilapparaît sous trois aspects essentiels : impie, débauché et grand seigneur scélérat.
Sganarelle est d’abord choqué par l’impiété de son maître. Dom Juan n’a ni religion ni superstition, il ne « croit niCiel ni Enfer, ni loup garou ». De ce point de vue, Dom Juan est ce qu’on appelle au XVII ème siècle un libertin, il revendique une indépendance totale vis-à-vis des pouvoirs de l’Etat, de l’Eglise, etdes traditions intellectuelles. Cette attitude, à une époque d’ardente renaissance du catholicisme, passait pour une provocation suprême. Sganarelle redoute alors pour son maître un châtiment divin,annonçant ainsi le dénouement de la pièce : « Il faut que le courroux du Ciel l’accable quelque jour ».
A ce libertinage de pensée s’ajoute un libertinage des mœurs qui aggrave l’impiété de...
tracking img