Don elvire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1029 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DOM JUAN
De Molière
Acte 1, scène 3

Note : ceci est un commentaire d’un passage de l’œuvre. Il est très utile pour les épreuves de français au baccalauréat, surtout si vous devez présenter Dom Juan. En gras et en souligné sont indiqués les passages importants à retenir, même si tout est important dans l’ensemble.
L’œuvre utilisé est celle de la collection « Petits classiques Larousse ». Eneffet selon le livre utilisé la numérotation des vers change…

Introduction :
Les deux premières scènes nous ont appris que Dom Juan avait abandonné lâchement sa femme Done Elvire, son épouse, après l’avoir enlevée du couvent. Celle-ci l’aime encore et vient demander des explications à Dom Juan alors qu’il s’apprête à enlever une autre femme. En la voyant, il feint de ne pas la reconnaître…Lecture
Cette scène est une scène de rupture qui met en lumière le conflit des caractères des 2 personnages et leurs conceptions opposées de l’amour. Le discours de la femme offensée que tient Done Elvire rend odieuse et inhumaine la conduite de Dom Juan. Nous verrons comment cela met en valeur le choc des caractères et la tentative vaine de Done Elvire pour éviter la rupture.
Le passage estdécoupé en 3 parties, supports de notre étude.

I/ La rencontre grinçante (v. 1 à 5)

Dès le début de la scène l’intervention de Done Elvire se caractérise par l’ironie, mise en valeur par l’interrogation et l’emploi de formules de politesse. La dernière formule fait appel à la condescendance de Dom Juan et souligne d’emblée sa lâcheté.
Derrière l’ironie de Done Elvire on sent la douleur de lafemme offensée qui surmonte son désarroi et qui vient demander des explications à son mari.
On remarque l’élégance de la phrase qui caractérise la femme noble.

La réponse de Dom Juan se distingue par sa froideur, mise en valeur par 2 euphémismes : « je suis surpris » (= je suis agacé) et « je ne vous attendais pas ici » (= vous m’ennuyez). Ces figures de style dévoilent les véritables sentimentsde Dom Juan : l’indifférence et l’agacement.

II/ La tirade pathétique de Done Elvire (v. 6 à 26)

Face à cette froideur de Dom Juan, son persiflage, Done Elvire s’adonne de façon perspicace à l’indignation. Elle commence alors une tirade qui constitue le second mouvement de l’extrait, où elle apparaît comme un personnage de tragédie.
La tirade est elle-même divisée en 3 parties.L’indignation
Dès le début de la tirade Done Elvire s’adonne à l’indignation. Elle montre qu’elle a su dégagé le sens blessant des paroles de Dom Juan en reprenant ses termes : « je vois bien que vous ne vous y attendiez pas ; et vous êtes surpris ». La fin de la phrase montre sa déception, sa douleur et le fait qu’elle aime encore.

L’aveu de la faiblesse
Dans le second mouvement de la tirade Done Elvirelaisse éclater sa honte, sa colère (« j’admire ma simplicité ») en même temps qu’elle avoue la faiblesse de son cœur. La « simplicité » qu’elle évoque est ici synonyme de naïveté, de crédulité excessive.
Dès la phrase suivante commence le récit au passé (imparfait et passé composé) du conflit qui la déchire ; c’est un conflit racinien entre le cœur et la raison. Dans ce récit du combatintérieur, caractérisé par le lyrisme et le ton pathétique, elle démonte le mécanisme de l’aveuglement amoureux. À l’aveuglement du cœur s’oppose la lucidité de la raison, donc 2 champs lexicaux s’opposent.*
Dans ce passage Done Elvire avoue sa faiblesse, s’accuse de sa faiblesse au lieu d’accuser Dom Juan. Elle entraîne chez le lecteur compassion et estime. Elle prend bien l’image d’un personnagetragique. On remarque encore l’emploi des mots « trahison », « crime » et « criminel » qui traduisent la gravité de l’offense faite par Dom Juan.

Le retour à la réalité
L’utilisation du présent nous indique le dur retour à la réalité. La lucidité et la raison ont repris la première place comme l’atteste l’expression « ne me permet plus de douter ». Done Elvire apparaît comme une femme déchirée...
tracking img