Droit et justice

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4574 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction.
L'essentiel d'une introduction doit contenir:

a)Le thème du texte= la question de fond dont traite le texte qui peut être formulée sous la forme d'un sujet de dissertation.
b)La thèse du texte qui pourra être débattue, approfondie.
c)La problématique pour expliquer de façon ordonnée le texte et traiter le problème qu'il pose.

Exemple.

(Thème) Que vaut-il mieux? Que leshommes croient en l'origine divine des lois qu'une société se donne? L'illusion qui consisterait à croire faussement en cette origine divine ne serait-elle pas nécessaire pour asseoir l'autorité des lois? Ou alors vaut-il mieux des hommes lucides qui reconnaissent l'origine purement humaine de ces lois? (Thèse) Le propos de Freud est de dire que les hommes ont tout intérêt à se défaire descroyances religieuses pour admettre leur origine purement sociale. (Problématique) D'où les deux questions que nous traiterons dans l'ordre: primo, pourquoi y-a-t-il beaucoup plus d'inconvénients que d'avantages à croire en l'origine divine des lois? c'est l'objet de la première partie du texte (l. 1 à 16). Secundo, que gagnons-nous à admettre l'origine purement humaine des interdits de la culture? c'estl'objet de la seconde partie du texte (l. 16 à la fin).
Exemple.

(Fin de la problématique) Enfin, le propos de Freud s'inscrit dans une très longue tradition qui remonte à l'invention grecque de la politique et du débat démocratique et qui vise à l'institution d'une société pleinement autonome= société qui a reconnu l'origine purement humaine des lois et qui se donne pour projet de faireparticiper tous ses membres à leur élaboration/discussion/vote=projet de la démocratie= à comprendre par opposition aux formes hétéronomes de société. Certes, nous ne croyons plus guère dans l'origine divine des lois culturelles. Est-ce pour autant que notre société est devenue pleinement autonome? Et sinon, qu'est-ce qui nous empêche aujourd'hui d'entretenir avec les lois ce "rapport plus amical" quele texte de Freud semble appeler de ses vœux?

1)Pourquoi y-a-t-il beaucoup plus d'inconvénients que d'avantages à croire en l'origine divine des lois?
a)Le sens de la problématique de ce texte.
Dès la première ligne de son texte, Freud nous précise quel va être le sens de sa démarche. On admet d'emblée que les les lois culturelles ont "un fondement rationnel". Elles sont donc l'oeuvre de laraison humaine et ne proviennent  pas d'une révélation surnaturelle. La question n'est donc pas de savoir si les lois viennent de Dieu ou non. Cette question, le texte l'a réglé d'avance. Il s'agit de se demander, étant entendu que les lois sont l'oeuvre de la société humaine, si nous avons intérêt à ce que cette origine soit dévoilée aux hommes ou si, au contraire, il y aurait une fonctionsocialement nécessaire de l'illusion religieuse? Pour se soumettre aux interdits de la culture les hommes n'ont-ils pas besoin d'en ignorer l'origine? Autrement dit, une société pour se constituer et perdurer n'a-t-elle pas besoin d'illusions qui masqueraient son pouvoir instituant?
Quel pourrait être l'avantage d'une telle illusion?
a) Un avantage provenant des lois
Croire en l'origine divine deslois, c'est leur donner une "solennité toute particulière" (l.4), c'est les "transfigurer" (l.7), c'est leur conférer un poids qui fait que les hommes seront moins enclin à les transgresser: cette solennité que revêt l'interdit est celle que lui transmet la religion, à savoir, le sacré. Une loi impose infiniment plus son autorité à moi si je crois qu'elle est édictée par l'être tout-puissant plutôtque par des hommes semblables à moi.
C'est en ce sens qu' Arendt a parfois eu l'occasion de s'interroger sur le lien qui pouvait exister entre le déclin des croyances religieuses au XXème siècle et le déchaînement de la barbarie qui a conduit les hommes à transgresser dans des proportions inédites les interdits fondamentaux de la culture et le premier d'entre tous, le "tu ne tueras point". Ce...
tracking img