Ecjs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2280 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Partie à lire
Sommaire

I- Les parents sont responsables de leurs enfants délinquants,dans quelles circonstances et pourquoi ?

a) Un manque d’autorité parentale
b) Impact sur la scolarité des jeunes

II- Les parents ne sont pas responsables de leurs enfants délinquants, mais quelles sont les causes de cette délinquance ?

a) La crise d’adolescence, une révoltecontre l’autorité
b) Le comportement entre jeunes parfois très « tendu »
c) Les difficultés économiques

III- Aux yeux de la loi, les parents légalement responsables

a) Les parents aussi sont punis
b) Juger les parents, une méthode peu efficace

IV- Conclusion

I- Les parents sont responsables de leurs enfants délinquants,dans quelles circonstances etpourquoi ?
a) Un manque d’autorité parentale

DEFINITION : Autorité parentale : ensemble de droits et de devoirs des parents exercés dans l’intérêt de l’enfant jusqu’à sa majorité ou son émancipation. L’autorité parentale comporte notamment le droit et le devoir :
- de protéger l’enfant, de le nourrir, de l’héberger, d’assurer son éducation, de veiller à sa santé, sa sécurité et sa moralité,
- defixer sa résidence, de contrôler ses déplacements, de choisir son orientation scolaire et, le cas échéant, sa religion…
En principe, l’autorité parentale est exercée conjointement par les deux parents. Si l’intérêt de l’enfant le commande, le juge peut décider de la confier à un seul parent.

Il y a un lien clair entre la structure familiale et les comportements à risque. Les facteurs dedélinquance liés à la situation familiale sont les suivants :
1.      les familles éclatées (divorces, séparation) ou monoparentales connaissent plus de délits que les familles unies ou les familles où un des parents est décédé. Le plus mauvais cas de figure est celui où les enfants sont élevés par le père sans la mère. Le décès d’un parent est beaucoup moins significatif que la séparation ou ledivorce, en particulier lorsque ceux-ci interviennent avant que l’enfant atteigne l’âge de 4 ans.
2.      Le nombre d’enfants au sein de la famille influence fortement la délinquance. 58% des enfants placés par le juge sont issus de familles de 4 enfants et plus. A partir de 3 enfants, le taux de délinquance augmente de manière significative. La délinquance des jeunes est en outre influencée par celledes autres frères.
3.      Le niveau de supervision des parents et le climat au sein de la famille sont importants. Les parents sont le principal acteur de la socialisation des enfants. Le facteur le plus décisif est la manière dont les parents veillent sur leurs enfants, et particulièrement avant l’âge de 5 ans. Le modèle d’éducation autoritaire ne diminue pas le risque de délinquance, aucontraire. Une supervision forte, constante et stable, dans un bon climat affectif semble donner les meilleurs résultats éducatifs.
4.      Les mauvais parents ou les parents condamnés sont un facteur de délinquance.

L’exemple qui peut nous prouver le fait que les parents soient les victimes de la délinquance de leurs enfants est celui d’une habitante de Châtenay-Malabry, dans les Hauts-de-Seine,qui a un fils de 16 ans délinquant, vit maintenant qu’avec ses deux autres enfants car son premier fils est maintenant dans un centre d’éducation renforcée. Elle ne comprend pas ce qu’il s’est passé et elle en souffre « Il a eu tout ce qu’il voulait : GameBoy, PlayStation, habits et baskets de marque. Aujourd’hui, j’ai peur : il parle fort, me regarde avec de la haine. ». Il était accusé de racketet de violence. Son père a dit chez le juge « Notre fils, qui était un bébé si mignon, était assis là, comme un étranger. ». Cette situation est assez difficile pour les parents mais selon le dossier de la psychologue scolaire personne ne s’est vraiment intéressé à ses échecs scolaires, aux absences de son père ni à ses difficultés à parler avec sa mère et ses frères. Dans ce cas les parents...
tracking img