Eco dire presque... ch1-2

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1253 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1- Définir la traduction
Dans son livre Umberto ECO tente dans un premier temps de trouver une définition acceptable de la traduction. Le Zingarelli parle de la traduction comme étant l’activité de traduire, traduire signifiant « transposer, transporter d’une langue à une autre » et « donner l’équivalent d’un texte, d’une locution, d’un mot »… Mais tout le problème est ici de savoir ce qu’est« donner l’équivalent », question cruciale pour le traducteur ! Eco semble préférer la version du Webster dont une des définitions de traduire est « transférer ou passer d’un ensemble de symboles à un autre »… Or cette définition ne convient en fait qu’à une démarche de translittération, du type de celle réalisée lorsqu’on écrit en alphabet Morse où chaque lettre de l’alphabet est remplacée par dessuccessions de points et de traits… mais cet exercice ne suppose aucune connaissance de la langue source et peut très bien être réalisé par un ordinateur.
Cependant, il est impossible de mettre en place un tel processus lorsqu’il s’agit de passer d’une langue à l’autre car une langue met en jeu des symboles qui véhiculent des signifiés. Pour que cela fonctionne il faudrait pouvoir substituer unterme de la langue A par son synonyme dans la langue B mais il n’existe dans les faits pas de réelle relation de synonymie entre les langues…
Si dans une langue Alfa il n’y avait que des synonymes, cette langue serait très riche et permettrait différentes formulations du même concept. S’il existait des termes synonymes entre langue et langue, la traduction par Altavista serait possible.

Laquestion de l’homonymie, en revanche, pose davantage problème : pour identifier deux synonymes dans la comparaison entre une langue et une autre, il faut d’abord avoir désambiguïsé les homonymes à l’intérieur de la langue source (comme le ferait un locuteur natif). Altavista ne semble pas en mesure de le faire : la raison probable est qu’il n’a pas de dictionnaire contenant ce qui est appelé ensémantique des « sélections contextuelles ». Une autre explication pourrait être que la machine a reçu l’instruction selon laquelle works signifie, en littérature, une série de textes, et, dans un contexte technologique, une série d’installations mais qu’elle n’a pas su établir le lien entre Shakespeare et la littérature dans la phrase qui lui a été soumise. La raison étant que Babelfish a sans doute été« nourri » avec un dictionnaire et non avec une encyclopédie.

Le contexte
La compréhension du contexte est capitale pour produire une traduction acceptable car les mots prennent des sens différents selon le contexte, bachelor par exemple pourra être traduit par célibataire dans un contexte humain, un titulaire d’un BA dans un contexte universitaire, le page d’un chevalier dans un contextemédiéval ou un phoque mâle sans compagne durant la saison des amours dans un contexte zoologique…
Les dictionnaires ou encyclopédies fournissent les diverses acceptions ou sens du mot, mais ces acceptions ou sens ne peuvent être exprimés par un synonyme sec mais par une définition, une paraphrase ou un exemple concret ET des instructions permettant la désambiguïsation contextuelle du mot.
Il semblequ’Altavista ne dispose pas de ces instructions…
Ainsi Eco en déduit qu’une traduction ne dépend pas du seul contexte linguistique mais aussi de quelque chose qui est en dehors du texte, qu’il appelle « informations sur le monde » ou « informations encyclopédiques ».

Altavista, dépourvu d’informations riches sur le monde et d’outils de sélections contextuelles, n’est donc pas capable de produire destraductions satisfaisantes.
Eco avance l’idée que la synonymie sèche n’existe pas sauf peut-être dans certains cas limites comme marito/husband/mari. Avec toutefois des réserves car, en anglais ancien par exemple husband signifie « bon économe », en langage de marine c’est un « capitaine d’armement » et, plus rarement, désigne également un « animal employé pour les croisements »....
tracking img