Economie d'echelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1142 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ECONOMIE D’ENTREPRISE

Introduction :

le concept d’économie d’échelle est complexe c’est pourquoi il nous faut clarifier ce concept selon Marshall, il y a une différence entre économies internes et économies externes, au sens de Marshall les économies internes sont assimilées aux économies d’échelle alors que les économies externes concernent les externalités qui influencent les conditionde production des entreprises.
Il existe de nombreuses source d’économies d’échelle ,l’essentiel des économies d’échelle résulte de la présence de coût fixes que ce soit de la production ou de la fabrication de produit.
La présence d’économie d’échelle traduit la diminution du coût moyen de production lorsque les quantités produites augmentent.la possibilité de réaliser des économies d’échelleentraine les firmes a rechercher la taille optimale.
Dans une première partie nous verrons l’émergence des économies d’échelle puis dans une deuxième partie les limites des économies d’échelle.

1) Emergence des économies d’échelle

Le phénomène d’économie d’échelle met en relation la taille des firmes, le volume de la production et les coûts. L’analyse traditionnelle des économiesd’échelles repose deux justifications pour expliquer les rendements :

* les indivisibilités : les économies d’échelle résultent essentiellement des processus de production et de leurs caractéristiques d’indivisibilité. Selon Y. Morvan, je cite «  le niveau de production qui minimise les coûts moyens est celui qui utilise pleinement tous les facteurs indivisible sans exception »

* la division dutravail : selon Adam Smith une échelle de production plus importante permet de mettre en place une meilleur spécialisation des taches dans l’entreprise et de bénéficier d’économie d’échelle ; exemple de la manufacture d’épingles : Quand les différentes opérations sont une fois séparées, isolées et rendues indépendantes, les ouvriers sont divisés, classés, et groupés d'après les facultés quiprédominent chez chacun d'eux. Cette organisation particulière du travail en augmente les forces productives et apparait donc une économie d’échelle car les homme en travaillant collectivement et ne faisant que ce qu’ils savent faire peuvent produire beaucoup plus que tout en faisant différentes tâches mais dont certaines ne sont pas bien maitriser par l’ouvrier . En se spécialisant sur une seule tâchel’ouvrier améliore son habileté dans le travail , la spécialisation conduit également à une suppression des temps mort. Grâce a la spécialisation ils sont automatiquement supprimés, avant la spécialisation l’ouvrier perdait du temps lorsqu’il passait d’une tache a une autre, or avec la spécialisation ,il fait toujours la même chose et ne bouge pas d’où il est, donc il n’y a plus de perte detemps. Ainsi en travaillant collectivement les hommes arrivent en une journée à produire 48 000 épingles, alors que seul ils pourraient a peine faire une épingle dans la journée.

On observe que jusqu'à un certain point les économies d’échelle conduisent a une réduction du coût unitaire a mesure que la production augmente jusqu’à un point donné, qui représente la taille optimal de la firme. Au-delàde ce point les déséconomies d’échelle font que le coût unitaire s’élève au dessus du coût minimum

Economies d’apprentissage

Il convient de ne pas imputer systématiquement la baisse des coûts unitaires de production à l’existence d’économies d’échelle, ainsi les économies d’apprentissage sont liées à la répétitivité des tâches et aux gains d’efficacité de travail qui y sont attachés ;il estsouvent difficile de distinguer économie d’échelle et économie d’apprentissage car tous deux sont liés aux volumes produits, on peut donc dire que le effets d’apprentissage renforcent les économies d’ échelle technique et la tendance à la concentration. Le concept d'apprentissage se distingue de l'effet des économies d'échelle parce qu'il relie la baisse des coûts et la production cumulée,...
tracking img