Economie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1264 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Economie : Entrainement à l’examen n°1

Les conséquences de la crise financières

Question 1 : Décrivez l’organisation contemporaine du système de financement de l’économie

A la veille de la crise financière que nous avons connue en 2009, le système de financement fonctionnait cette manière.
Les entreprises non cotées en bourses se finançait auprès des banques commerciales sous formes deprêts, accordés avec un taux rémunérateur de x% appelé taux d’intérêt. Ce crédit contracté auprès de la banque permettait aux entreprises de consommer auprès de d’autres entreprises (fournisseur) et d’investir. Cette consommation et ces investissements permettaient de nourrir le marché et donc de financer le système économique par l’offre et la demande (ref. financement par le marché), ce quiapportait une croissance plus ou moins importante au pays concernés et maintenait le système économique libéral en place.
Comme nous pouvons l’observer de façon simplifiée sur le schéma ci-dessous.

Question 2 : Quels instruments financiers et quelles pratiques sont à l’origine de la crise actuelle ?

La fusion des banques commerciales et des banques de marchés de capitaux ont créée uneinstabilité sur le marché des capitaux, en effet des nouveaux produits financiers ont été placés en bourses. Ces produits sont tellement opaques que même les créateurs de ces produits ne savent plus de qui ils sont composés exactement. L’origine semble être des hypothèques sur des domiciles achetés à crédit d’où le nom de crise des « subprimes ».
Le gouvernement voyant un retour de la crise de 1929arrivée décide de mettre en place une politique d’austérité faisant confiance au système libéraliste et en jugeant que le marché doit se rétablir par lui-même et décide donc de ne pas intervenir.
De se fait les banques n’accordent plus de crédit aux entreprises afin de pouvoir consommer et investir comme nous l’avons vu précédemment, le taux de croissance est alors en chute libre.
Certaines nationsessentiellement membres de l’Union Européenne voient alors qu’une intervention de l’état est indispensable à la survie des entreprise et découlent donc des actions comme « la prime à la casse » en France, « l’aide à l’exportation » en Allemagne ce qui permet de maintenir l’économie à peu près stable car sans interventions de l’état l’économie générale serait en déclin.

Rédaction d’une synthèsestructurée : A partir de vos connaissances et du dossier documentaire ci-joint vous analyserez les conséquences de la crise financière, tant sur le système de financement que sur les variables réelles de l’économie.

La crise que nous connaissons actuellement n’est pas un phénomène nouveau, en effet en 1929 déjà, une première crise comparable à celle-ci à eu lieu, et la crise qui éclate en 2009près d’un siècle plus tard n’est que l’aboutissement d’action menée depuis les années 1950.
Nous verrons dans une première partie les actions qui ont causées cette crise, puis nous étudierons dans un second temps les conséquences et enfin nous conclurons avec les manœuvres qui permettront d’atténuer cette crise financière.

A partir des années 1950, l’économie connait un tremplin phénoménale, eneffet sortant d’une guerre tout est à refaire, la France connais alors de la consommation de masse et le plein emploi, cette période est appelée « les 30 glorieuses ».
Cependant dès les années 1970, cette euphorie s’atténue et le chômage commence a apparaitre, le secteur de la sidérurgie est en péril ce qui conduit a sa dénationalisation par le président Mitterrand qui la juge de déficitaire.
AuxEtats-Unis Le président Ronald Reagan sur les conseils de géants de la finance aux idées libéraliste tel que Friedman, privatise l’ensemble de l’économie en ayant comme ligne de conduite qu’avec un état moins présent, les citoyens payent moins d’impôts et donc jouissent d’un revenu plus important.
Il en est de même pour Margareth Tacher en Angleterre qui « balaye le socialisme » qu’elle...
tracking img