Effroyables jardins

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2492 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Etude d’une œuvre intégrale : Michel Quint, Effroyables jardins
Résumé du projet




Ce roman de Michel Quint, publié en 2000, n’est pas seulement un succès de librairie, ni l’opuscule de qualité reconnue par les amateurs de littérature… Le texte est d’un intérêt pédagogique incontestable, comme l’affirment les professeurs qui l’ont fait découvrir à leurs élèves, en raison ducontact simple et familier qu’il entretient avec le lecteur, mais aussi par sa teneur générique : à la fois roman policier, autofiction, et roman poétique. De manière plus pratique, il permet d’aborder de manière efficace et originale l’un des cinq objets d’étude du nouveau programme des Premières générales : la question du biographique, entre fiction et réalité. Ajoutons enfin que l’environnementhistorique (la période de la Résistance et de l’Occupation) et ses incidences sur l’actualité (le procès Papon et ses différents rebondissements) permettent de relier l’étude à une réflexion plus générale sur l’engagement politique et la citoyenneté.

Quelles perspectives d’étude peut-on mettre en œuvre ?
L’étude du roman de Michel Quint permet d’aborder plusieurs aspects des nouveaux programmes :le genre biographique, les réécritures, la question des registres, enfin la question du poétique au sein de l’œuvre romanesque.
A - La rencontre de l’univers policier et du genre biographique
L’écriture biographique « désigne toutes les formes qui constituent un récit de vie » (1), dans l’exposé de références attestées ou revendiquées comme telles. Le récit de Michel Quint est « une fiction à95% », selon ses propres affirmations ; il s’agit bien d’un roman, mais il reprend des éléments autobiographiques authentiques et, surtout, se donne pour vrai, comme transcription de la vie du père dont il s’agirait de trouver les clefs, à partir de la réception d’un témoin-enquêteur, le jeune garçon devenu adulte. Ce narrateur à la première personne ne saurait se confondre avec la personne del’auteur, mais, par la similitude des dates et de certaines situations, il apparaît clairement que Michel Quint transpose son univers et sa sensibilité à partir d’une histoire personnelle qui aurait pu être la sienne. Il est permis de reconnaître dans ce livre une « autofiction », genre hybride au sens où l’entend Doubrovsky, ni autobiographie ni fiction pure, mais recherche d’une « vérité de parole »,prenant son plein effet dans le détour révélateur et saisissant que constitue l’univers romanesque.
Ainsi doit-on accorder toute leur importance aux voix narratives dans cette quête de la vérité :
1. Le chroniqueur.
Il apparaît au début du livre en caractères italiques dans un récit à la troisième personne, apparemment réduit à la fonction de témoignage détaché et objectif.
En fait, parcequ’elles mettent en scène la présence mystérieuse et fascinante d’un clown au procès Papon, ces premières lignes sont une énigme, que le fil de la narration éclairera progressivement, jusqu’aux dernières pages qui apporteront une réponse définitive. Dans cette optique, Effroyables jardins reprend certains traits communs des premiers ouvrages de Michel Quint qui relèvent du genre policier.

2. Le fils.Cette voix à la première personne accompagne le récit-cadre dans une quête de la vérité, et la réponse à d’autres énigmes. Celle de l’aversion du jeune garçon pour les clowns, tout d’abord, énigme reprise dans les premières pages jusqu’à ce que le récit du narrateur 3 (Gaston) n’intervienne. Celle du titre, ensuite, auquel la résonance avec le poème d’Apollinaire donne tout son sens à la lecturedu souvenir, dans l’exigence d’une restitution courageuse et authentique de la mémoire. Ce dernier aspect, essentiel dans le roman, correspond au parcours intime du jeune garçon devenu adulte et se rendant au procès Papon sous le déguisement d’un clown, en hommage au père disparu ; c’est, plus largement, l’appel à ne pas oublier les actes du passé, dans une réflexion philosophique et morale...
tracking img