En bretagne de guy maupassant ( maupassant sensible à l'image ou la présence de la mort ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (690 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Quand on pénètre un pays jusqu’au cœur, on le découvre. On apprend davantage sur sa population, sa culture et son histoire. Son passé et ce qui s’y passe nous touche, car on y trouve la présence deschoses par quelles on peut devenir émoi. La mort qui soulève une vague d’émotion chez nous tous, semble être un sujet sensible pour beaucoup de gens. Dans le texte En Bretagne de Guy de Maupassant laprésence de la mort est remarquable, ainsi peut-on affirmer que ce grand voyageur est sensible à l’image (ou la présence) de la mort au cours de son voyage breton ? Peut-être, mais pour en être sûrj’essaierai d’analyser ce texte, En Bretagne, rapidement.
Tout d’abord, il est certain que Maupassant est sensible à l’image ou à la présence de la mort et on peut facilement le déduire on lisantl’extrait suivant qu’il a écrit de son parcours à Saint-Gildas : « A port Navalo, le marin qui me fit passer le détroit me parla de son père, un chouan, de son frère aîné, un chouan, et de son oncle, le curé,encore un chouan, morts tous les trois…». Dans cet extrait, Maupassant se concentre sur l’histoire des trois chouans, ne fait aucune description de paysage et lorsqu’il dit ‘’morts tous les trois’’ ilmet des points de suspensions, ce qui à mon avis nous montre qu’il a une difficulté à nous parler un peu plus, car il est sensible à ce sujet. Plus loin on voit ce voyageur parler d’un lieu qu’ilnous présenta comme mangeuse d’homme : « Depuis ce lieu jusqu’au Conquet, c’est le pays des naufrages. C’est là que semble embusquée la mort, la hideuse mort de la mer, la Noyade. Aucune côte n’est plusdangereuse, plus redoutée, plus mangeuse d’homme. » Ici, les mots que Maupassant utilise (dangereuse, mangeuse d’homme) pour parler de ce lieu et l’adjectif (hideuse) qu’il donne à la mort de la mer(noyade) nous démontre clairement sa sensibilité par rapport à la mort. Après il nous parle d’un sentiment de peur qu’il a de la plage de Penmarch et par la suite il attribue l’adjectif sinistre...
tracking img