En quoi les images de la laideur, de l'horreur peuvent elles constituer des objets poétiques ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1284 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation de Français

Réponse à la problématique : En quoi les images de la laideur, de l’horreur peuvent - elles constituer des objets poétiques ?

Depuis la création de la poésie, les poètes avaient pour coutume de ne parler que des sujets dit nobles, des sujets comme la beauté, la nature et l’amour. Durant le 19ème siècle les pratiques changent, la forme des poèmes s’assouplit, lessujets s’élargissent, on parle désormais de la souffrance, de la révolte sociale, des paysages urbains, du quotidien et de la laideur.
Aussi pouvons-nous nous interroger, en quoi les représentations de la difformité et de l’abjection peuvent - elles inspirer des créations poétiques ?
Dans un premier temps nous allons constater la volonté des poètes pour le renouveau du genre poétique, puis nousverrons que la poésie est utilisée pour convaincre le lecteur. Enfin nous observerons que la poésie est devenu un moyen d’exprimer sa révolte et son indignation a travers les arts poétiques.

Tout d’abord, nous allons observer le désir d’un renouvellement de la poésie. Cela commence avec le rejet des valeurs anciennes et passées, comme le dit Guillaume Apollinaire dans son texte « Zone »,extrait du recueil Alcools, il fait l’éloge de la modernité, en passant par la Tour Eiffel, des rues, des hangars et des industries, et rédige le blâme de l’ancienneté en se moquant de l’antiquité grecque et romaine ainsi que de la religion. Francis Ponge lui aussi, en faisant la description d’une huitre, un mollusque comestible tellement laid que personne n’y prête attention,
C’est une descriptionqui change la vision du lecteur, désormais ce n’est plus une simple huitre, mais un objet, un objet de création fait par le poète lui-même, on même dire un objet de recréation poétique. Ces deux auteurs imposent une nouvelle vision de l’objet poétique quel qu’il soit autant dans le fond que dans la forme, on ressent un mouvement nouveau dans le monde de la poésie.
Cependant, certains, trèsconservateurs, s’opposent à cette vague de nouveauté poétique dans les arts. En effet la « Lettres des artistes à M. Alphand » montre l’attachement farouche des artistes aux traditions, et leurs refus massif de la création de la Tour Eiffel, chef d’œuvre de modernité pour l’époque, d’après eux cette valeur nouvelle s’oppose à l’idée du beau admise à l’époque. Malgré tout, les canons de beauté relèvent dugout, ils évoluent au fil du temps et différent selon les individus, on parle de l’expression de la subjectivité, ce qui de toute évidence fut accepter, car la création de la Tour Eiffel a bien eu lieu.
Cette volonté de renouveau s’exprime aussi dans Les fleurs du Mal de Charles Baudelaire, il s’exprime dans la première partie de son livre « Spleen et Idéal », dans cet œuvre, on observe unchangement de direction dans les choix des sujets des poèmes de Baudelaire. Dans certains poèmes on retrouve les sujets traditionnels de la poésie, à savoir l’amour, les sentiments, la beauté féminine et la nature. Néanmoins sur quelques poèmes on contemple des sujets comme la souffrance du personnage qu’est l’auteur, la haine à l’égard des femmes ainsi que des révoltes personnelles. Avec cet étonnantchangement entre les poèmes, Baudelaire dépasse les considérations et s’émancipe des limites entre conservateur et innovateur.
Les critères changent à travers le temps, comme la conception de ce dont doit parler la poésie ou non. Les poètes sont désormais inspirer par des sources quotidiennes ou même jugés laides et repoussantes, ce qui montre que l’inspiration ne se situe pas que dans la beauté.Dans un second temps, nous allons voir, que la stratégie poétique sur le lecteur. A travers la forme du poème ancien, en vers, comme la pratique Ronsard dans son poème « Quand vous serez bien vieille », il chercher a persuader une belle indifférente à son amour. La forme traditionnel de son poème, en sonnet de plus, lui permet de convaincre par étapes la femme aimée, avec un enchainement...
tracking img