Essai

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2798 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 octobre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Corps-Esprit : Notre potentiel
Nous redécouvrons ces dernières années le pouvoir de l’esprit. Les conseils de méditation pleuvent. Les approches médicales qui considèrent le pouvoir des croyances font florès. La quête de la bonne santé explique en partie ce succès. Mais cette évolution nous emmène bien au-delà.

© Caitlin Worthington
La relation corps-esprit… Voilà une superbe question.C’est ce que je pensais lorsque voici quelques semaines, j’entamais lectures et interviews en vue d’écrire cet article. Sommes-nous notre corps ou avons-nous un corps ? Faut-il parler de dualisme, c’est-à-dire de séparation entre le corps et l’esprit ? Sinon comment comprendre l’unité corps-esprit ? Comment, en dépit de toutes les évidences qui suggèrent le contraire, en sommes-nous venus à considérerque nous sommes uniquement des corps, qui peuvent être entretenus et se détraquer, comme des vélos ou des voitures ?
Toutes ces questions m’agitaient depuis déjà un moment quand les « vacances » arrivèrent. Enfants, amis et parents réunis, un moment attendu chaque année. Me voilà, au milieu des conversations, des sollicitations et tâches diverses, à essayer de trouver le calme et le silence pourtravailler… Cela crée une pression chaque jour un peu plus considérable. Je dors moins bien, me réveille tôt, sens des tensions grandir dans le haut du dos et la région du plexus solaire. Au bout d’une dizaine de jours, je passe une nuit avec des maux de ventre, le coeur qui bat dans la poitrine, une légère fièvre, des nausées. Un malaise suffisamment fort pour que le spectre de la bactérie e-coli,matraquage médiatique oblige, me traverse fugitivement l’esprit. Je respire. Petit « insight » en forme de clin d’oeil : je suis en train de vivre mon sujet !
A partir de ce moment, le malaise disparaît, mais pas le stress. Une observation plus attentive m’apporte une information supplémentaire : quelles que soient les circonstances, le stress est lié pour moi à la performance. Sans stressmaximal, comment écrire de bons articles ? Voilà ma croyance.
Ce qui est en jeu dans la relation corps-esprit, ce n’est pas de faire un joli pied de nez rhétorique à Descartes, en se fondant sur les recherches des vingt dernières années et les approches thérapeutiques qui ont fleuri. Ce qui est en jeu, c’est de changer d’abord de regard sur l’expérience de chaque jour, chaque heure, chaque minute.Puis de changer l’expérience elle-même. Et ultimement de changer. D’aller vers un comportement qui apporte plus de satisfaction, qui soit plus en accord avec l’idée qu’on se fait du bonheur, des relations aux autres. Ce qui est en jeu, dans la relation corps-esprit, c’est l’être humain qu’on devient.

C’est précisément le chemin qu’empruntent des médecins comme Thierry Janssen, des chercheurs commeRichard Davidson, des thérapeutes comme Michel Odoul : le corps n’est plus une donnée de base dont nous sommes le jouet victimaire. La physiologie est non seulement sensible à l’esprit, mais elle le reflète, le symbolise, l’exprime, en quatre mots : le corps est l’esprit. La physiologie est l’esprit. L’esprit est la physiologie. Ceci depuis les pensées en apparence les plus simples jusqu’au pointélevé de « l’âme » ou des plus hautes valeurs humaines, selon la terminologie employée.
Quand je pense, des pieds à la tête, ma matière danse.
Il ne s’agit pas ici de nier les facteurs biologiques, le bien-fondé de la médecine moderne et ses succès. En pleine épidémie de choléra en Afrique, quelles que soient les prières des fidèles à l’église ou à la mosquée du coin et le niveau d’optimismegénéral de la population, rien n’est plus rassurant que de voir se déployer les tentes des humanitaires et des soignants, les blouses blanches et les antiseptiques. Mais évoluer, élargir le champ, ne signifie pas exclure. On peut s’ouvrir aux expériences, les intégrer sans renier ce qui est déjà établi. Encore faut-il accepter que ces expériences soient possibles et utiles. Or, le corps-esprit a...
tracking img