Est-il vrai qu'on ne peut discuter des gouts ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1179 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : Est-il vrai qu’on ne peut discuter des goûts ?

Le goût est lié aux tendances, aux préférences qui se manifestent dans le genre de vie et les habitudes de chacun. Ceci laisse ainsi penser que les goûts d’autrui sont différents des nôtres. Cependant, nous pouvons nous demander si les goûts doivent être purement personnels ; ou si, au contraire, ils peuvent être partagés, s’ils peuventévoluer ou encore changer avec le temps. Est-il alors vrai qu’on ne peut discuter des goûts ? Est-il vrai que l’on ne peut en faire part ? Dans un premier temps, nous étudierons les différentes situations qui ne nous permettent pas de partager, ou même de discuter de nos goûts. Dans un second temps, il conviendra de définir les moments, les différents évènements où la discussion des goûts devientune nécessité. Enfin, nous nous pencherons sur la question du goût en lui-même ; ce qui le développe, le fait évoluer ; ainsi que sur les notions de bon et de mauvais goût.

Nous allons tout d’abord étudier les différentes situations où il serait impropre de discuter des goûts. Pour ce faire, nous nous appuierons sur l’œuvre de Kant « Critique de la faculté de juger ». Dans son ouvrage, l’auteurétablit un parallèle entre la logique du beau et celle de l’agréable. Kant expose le problème de la subjectivité du goût, dans certains cas. En effet, lorsqu’il s’agit de l’agréable, on ne peut discuter des goûts. Notre jugement relève ici de notre appréciation personnelle, et il serait alors impropre d’épiloguer sur les goûts et de chercher l’assentiment des autres. Par exemple, on ne peut sepermettre de qualifier un mets, un vin, une chose d’agréable. Pour être correct, il faudrait s’exprimer de la sorte « Ceci m’est agréable », ou encore « Cela est agréable, à mon goût ». Il serait alors inconvenant de parler d’une chose agréable, sans préciser que cet avis est purement personnel. Il est également présomptueux de dire « Ceci est agréable » car ce serait prétendre que votre opinion estpartagée de tous. En l’occurrence, cette situation se révèle extrêmement rare, comme chacun sait. En effet, vous est-il déjà arrivé d’être témoin d’une dispute au sujet des goûts lorsqu’il s’agit d’une chose agréable ? Est-il vraisemblable de pouvoir reprocher à autrui un manque de goût s’il ne trouve pas un vin, un repas, ou encore une sensation agréable, puisque finalement, le goût pourl’agréable est incontestablement subjectif, personnel et tendancieux. Nous pouvons alors constater que lorsqu’il s’agit de l’agréable, la discussion des goûts est inappropriée et l’on ne peut en discuter. En revanche, s’il est parfois impossible de discuter des goûts, nous allons voir que dans certaines situations, cette discussion devient une nécessité.

Comme Kant le souligne dans son œuvre, lorsqu’ils’agit du beau, il devient nécessaire de discuter de nos goûts. Le beau relève précisément d’un exercice d’une faculté que l’on a nommé le goût. Lorsqu’il s’agit de beauté, et non d’agréable, une personne qui prétend avoir du goût ne pourrait se permettre de dire « Cela est beau, selon moi ». Non, une personne qui a du goût se doit de s’exprimer en disant « Ceci est beau ». Elle admet alors queles autres partagent cet avis, son avis. Et contrairement à la logique de l’agréable, elle pourra ici leur reprocher un mauvais goût certains s’ils ne l’approuvent pas. Dans le cas du jugement du beau, nous recherchons l’assentiment des autres. En effet, leur acquiescement prouverait alors notre bon goût. En revanche, s’ils daignent nous contredire, ils sous-entendraient alors une faute de goût denotre part. Lorsqu’il s’agit d’une peinture, d’une tenue vestimentaire, d’une personne, il est tout à fait concevable que deux personnes controversent, débattent, se disputent. En effet, lorsque l’on considère que notre goût est formé, que l’on a bon goût, il est important et essentiel de rechercher l’approbation d’autrui. Par exemple, lorsqu’il s’agit de musique, il est indispensable de...
tracking img