Existentialisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1009 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L’existentialisme est un humanisme

de Jean-Paul Sartre

Page21 à page 38

Les critiques contre l’existentialisme

• Les communistes reprochent que ce soit une philosophie oû l’action est impossible
• Les marxistes reprochent que cette philo ne montre que le mauvais côté de l’être humain
• En général reproche de manque de solidarité
• Reproche subjectivité pure carl’existentialisme s’appuie sur le cogito de Descartes « je pense donc je suis »
• Les catholiques reprochent la suppression de Dieu et de ses commandements
• Reproche le pessimisme
• Existentialisme est un naturalisme

Réponse de Sartre : « L’existentialisme est un humanisme »

• Il différencie 2 écoles d’existentialisme :
• Les existentialistes chrétiens ( ex : Jaspers.)• Les existentialistes athées ( Sartre, les philosophes français, Heidegger..)
• Existentialisme : doctrine qui rend la vie humaine possible et qui déclare que toute vérité implique un milieu et une subjectivité humaine
• Point Important : L’existence précède l’essence ( ex : coupe-papier la production précède l’essence)
• Ce concept rejette l’existence de Dieu : car Dieun’aurait pas
• Les philosophes athées du XVIII tels que Diderot, Voltaire ou Kant mettent l’essence comme base de la nature humaine. Sartre rejette cette primauté. Car pour lui l’homme n’est d’abord rien puis il devient.
• Essence : ensemble des qualités qui permettent sa création et sa définition
• Concept très en vogue dans la période après-guerre
• Sartre vulgarise cette philosophiepour que la jeunesse puisse mieux la comprendre et par de ce fait rejoindre le Parti Communiste.
• L’homme est subjectif
• L’homme est condamné à être libre

Le projet existentialiste : l’Homme est un projet

• L’homme d’abord existe
• L’homme est responsable de ce qu’il est

Pages 32 à 51

• Cette responsabilité a 2 niveaux : la sienne et celle de tous les hommes• Projet subjectif selon cette définition : Impossibilité pour l’homme de dépasser sa subjectivité
• Le choix : l’homme se choisit en choisissant tous les hommes : donc le choix est une responsabilité car chaque acte individuel engage toute l’humanité : «  en me choisissant, je choisis l’homme ». La valeur des choses est donnée lors du choix.
• L’homme est angoisse à cause de ladifficulté des choix à faire ( ex : Abraham)
• L’angoisse ne paralyse pas l’homme. Au contraire, elle est un moteur et elle est génératrice de l’action.
• Tous ces choix importants, ces actions que l’homme accomplit vont le construire et donc, mettre l’essence en lui.
• L’angoisse provient de l’importance du sens que l’on veut donner à sa vie, de l’essence que l’on veut mettre dansnotre existence.
• La subjectivité devant les preuves pour leur interprétations ( ex : de l’ange, de dieu..)
• L’angoisse ne mène pas à l’inaction : C’est au contraire la condition de l’action.
• Le délaissement signifie que l'homme est seul sans Dieu pour justifier ses actes. Donc sans Dieu, nous nous trouvons sans valeurs légitimant notre conduite. Ainsi, l’homme doit inventerl’homme, encore une fois il se retrouve responsable de son devenir, de son essence.
• La notion de désespoir implique notre volonté et l’ensemble des possibles de nos actions. L’homme vit dans un environnement dont il ne contrôle pas tous les éléments. Son action doit le pousser à un engagement lucide mais sans illusion 
• Il n’existe pas de nature humaine puisque l’existence précèdel’essence.
• homme est libre et créateur de son avenir

La notion d’a priori
• Rejette le déterminisme : L’homme est libre «  l’homme est condamné à être libre »
• L’homme est responsable de sa passion
• Phrase importante de base de l’existentialisme de Dostoïevski « Si Dieu n’existait pas tout serait permis » : pas de valeur ou ordres pour définir nos conduites

Page 52...
tracking img