Exploitation des enfants

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1798 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Devoir 2 Culture générale et expression
1) Analyse des documents et extraction des idées à retenir

1.1)
Ce document est un texte fonctionnel de type informatif paru en 1986 chez Armand Colin, intitulé « Histoire de la famille ».
Ce texte nous propose une analyse sur l’évolution des causes des abandons des enfants français du 16ème siècle à nos jours.

Les causes de l’abandon desenfants ont bien changé à travers les siècles.
Au 16ème et 17ème siècle, la pauvreté et la famine poussent les familles à abandonner leurs enfants, ne pouvant ni les nourrir ni les élever correctement. De plus, le jugement moral fait aux mères-filles et la honte sociale les conditionnent à abandonner également leurs enfants, de peur qu’ils ne deviennent une barrière sociale.
Au 18ème siècle,l’augmentation des enfants illégitimes nés hors mariage et l’accentuation de la morale faite aux filles-mères, provoquent de nouveaux abandons en série.
A la même époque, se développe une nouvelle cause d’abandons d’enfants. Certaines familles plutôt aisées mais relativement nombreuses, abandonnent certains de leurs enfants dans les hôpitaux dans le but de leur offrir une meilleure éducation que laleur, avec l’intention de les récupérer plus tard.
Cette attitude rejoint l’importance que l’enfant a prit au sein des familles actuelles. Les familles sont plus restreintes. Le noyau se ressert. Les enfants sont moins nombreux. Ce rétrécissement va de paire avec l’apparition et la diffusion de la contraception. De nos jours, on abandonne principalement son enfant lorsque celle-ci à échouée.1.2)
Ce document est extrait du roman « Les misérables » de Victor Hugo. C’est un texte narratif, publié en 1881.
Cet extrait nous décrit les conditions et la négociation financière qu’occasionne l’abandon de Cosette, la fille de Francine, une jeune fille-mère de 22 ans chez les Thénardier, dans la France du 19ème siècle.

Pour la jeune fille-mère, l’enfant est une contrainte sociale etprofessionnelle. Il lui sera impossible de trouver du travail à cause du jugement moral de la population. Son enfant est une charge dont elle doit se séparer pour pouvoir vivre dans la société du 19ème siècle.
L’enfant que l’on abandonne a une valeur qui se monnaie. Certaines familles en ont fait une de leurs principales sources de revenus, allant jusqu’à cumuler l’accueil de plusieurs enfantsabandonner.
L’abandon de son enfant dans une famille d’accueil se négocie. Chaque soin, vestimentaire, médical ou alimentaire a une valeur que la mère doit accepter de payer pour être certaine que son enfant ne manquera de rien.
L’abandon provoque tristesse, douleur et larmes aux familles contraintes de se séparer de leur enfant. C’est un moment très désagréable pour ces familles qui savent qu’elles neles reverront plus.
La référence au bon Dieu et à la Providence nous indique que Dieu lui même cautionne et admet ces abandons d’enfants illégitimes nés de fille-mère. Dans une France encore très ancrée dans la religion, le jugement de la population va de pair avec le jugement divin.

1.3)
Ce document est une photographie de type informative datant du 16ème siècle.
Dès 1540, en France, àToulouse, l’hôpital de l’hôtel Dieu Saint Jacques a mis en place une procédure pour que les familles abandonnent leur enfant au sein d’une « tour », prit en charge rapidement par les autorités compétentes, notamment les religieuses de Saint Vincent de Paul.

Cette mesure est mise en place par nécessité. Les abandons étaient trop nombreux et pouvaient avoir lieu n’importe où. Avec la mise enplace de cette « tour », la procédure est structurée.
Ces abandons sont gratuits, rapide, anonyme et discret.
Ils mobilisent plusieurs corps de métier, à savoir des religieuses, des médecins, des commissaires. C’est toute une population qui s’organise autour de ces abandons d’enfants.
Le bébé est prit en charge par du personnel qualifié. Il est en sécurité. Il ne court pas de risque sur ses...
tracking img