Expo alcool et les jeunes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1008 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
L'alcool fait aussi des ravages chez les jeunes ados
.

La pratique du «binge drinking », boire vite et beaucoup, autrefois réservée aux soirées étudiantes, s'installe maintenant dès le collège. Dès 12-13 ans, les soirées peuvent être très arrosées. Anniversaire, fin d'année: tout est prétexte pour que l'alcool coule à flots…très tôt.
L'alcoolisation des plus jeunes n'estdésormais plus un phénomène marginal. Elle augmente chez les jeunes ados et, de ce fait, devient de plus en plus préoccupante : nombre de gamins de 12-13 ans sont aujourd'hui victimes de coma éthylique. Un phénomène souligné par les spécialistes qui observent déjà que «la consommation d'alcool augmente de façon importante à la fin des années collège».
Inquiétante, cette tendance serait en partie due àla pratique du binge drinking, un terme anglo-saxon qui désigne le fait de boire vite et beaucoup avec le seul but de s'enivrer. «Jusqu'à la défonce» s'alarmait récemment le rapport de la défenseure des enfants, Dominique Versini. Les chiffres sont édifiants : près d'un jeune âgé de 17 ans sur dix confie avoir été ivre au moins dix fois au cours de l'année écoulée.
Les ados consomment surtoutle week-end, à l'occasion de fêtes, d'anniversaires ou, comme en ce moment, pour célébrer la fin de l'année scolaire. Ces alcoolisations précoces concernent tous les milieux sociaux, avec une tendance toute particulière chez les enfants des milieux favorisés.
Pendant les cours Ainsi, vendredi soir, pour fêter la fin des conseils de classe, Amandine, 12 ans, a convié tous ses camarades decinquième chez elle pour une soirée déguisée. Toute la petite tribu, soudée sur les bancs d'une école privée catholique de Neuilly-sur-Seine, est d'autant plus excitée que la bière coule à flots, servie par le père de la jeune invitante… «Dans toutes les fêtes où on va il y a de l'alcool, témoigne Clara, collégienne invitée à la soirée. Ce qui était trop bizarre c'est qu'on buvait devant le père,d'habitude c'est en cachette des parents !» Un des enfants a par ailleurs été malade «comme un chien», commente Clara, «tellement il avait picolé».
S'ils privilégient certaines occasions pour boire, les adolescents s'alcoolisent aussi avant les heures de cours, comme en témoigne ce nouvel incident survenu vendredi matin dans un établissement scolaire de Tournefeuille, dans la banlieue de Toulouse.Sept collégiennes, qui s'étaient approvisionnées de bouteilles d'alcool en vue de la Fête de la musique le lendemain sont arrivées en classe dans un état d'ébriété avancée. Si bien que trois d'entre elles, sérieusement atteintes, ont dû être hospitalisées.
À Paris, dans la nuit de vendredi à samedi, des débordements ont eu lieu alors que 5 000 à 7 000 lycéens s'étaient réunis sur leChamp-de-Mars pour fêter la fin des épreuves du baccalauréat. Une soirée certes «très très arrosée» mais «plutôt bon enfant», rapporte Boris, un de ces adolescents présents. C'est alors que trois cents «éléments à risque», selon la police, se sont mêlés aux jeunes fêtards pour leur dérober leurs affaires. Lorsque la police a donné l'ordre d'évacuer les lieux, elle s'est trouvée face aux «perturbateurs»,venus selon elle de banlieues parisiennes, et est devenue la cible de divers projectiles. Au terme de trois heures d'affrontements, vingt-neuf personnes ont été interpellées et deux policiers ont été blessés.
Pour lutter contre ces dérives, une charte a été signée vendredi par une cinquantaine de commerçants d'Abbeville (Somme) pour ne plus vendre d'alcool aux mineurs de 18 ans. C'est dans cetteville que deux adolescentes de 16 ans étaient tombées dans un coma éthylique dans leur lycée, en janvier dernier, après qu'un gérant de bar leur avait servi de la vodka. À ce jour, l'interdiction de vente, dans des cafés ou des commerces, de toute boisson alcoolisée, à consommer sur place ou à emporter, concerne seulement les moins de 16 ans. Dans les cafés, les mineurs de 16 à 18 ans ont le...
tracking img