Famille je vous hais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1694 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
"Familles, je vous hais !"
indispensable un jour, insupportable toujours.

Présente qu'on le veuille ou non, elle est la source de discordes par excellence. Instance qu'il est vain de tenter d'abolir, elle représente nos origines. Pour tous, elle est la première autorité, les premiers moments de bonheur, les premières prises de bec. Indispensable un jour, insupportable toujours, c'est biensûr de la famille dont il est question. Gide, dans ses Nourritures Terrestres, écrira à propos d'elle: "Famille je vous hais! , foyers clos; portes refermées, possession jalouse du bonheur." Il exprime là une véritable abomination pour la famille alors que cette-dernière est pourtant irrévocablement nécessaire. En quoi ce cri a-t-il encore une résonance aujourd'hui ?

La remise en cause de lafamille par Gide est légitime. En effet, elle est responsable de bien des maux d'adultes. On a constaté en psychanalyse, notamment avec Freud, que lorsqu'un patient adulte consulte son médecin afin d'analyser son mal et de le soigner, la douleur remonte généralement à son enfance. Ainsi, nous dépendons tous du contexte familial et si le conditionnement est mal effectué, l'enfant gardera desséquelles en lui, parfois jusqu'à la fin de sa vie. Bien qu'il n'existe pas encore de preuves exactes sur la question, selon plusieurs sociologues tel que Tony Anatrella, l'environnement familial pourrait même définir l'orientation sexuelle d'un enfant. L'élément déclencheur de l'homosexualité serait un comportement anormal d'un des parents à un moment donné de l'enfance. De la sorte, un garçon exposé aurejet de son père serait plus disposé à devenir homosexuel. Même les réactions d'un adulte dépendent de son éducation. Nous agissons suivant le modèle et les instructions que nous avons reçus.

De plus, le membre d'une famille peut se sentir oppressé par celle-ci. En effet, peu importe qu'il grandisse, qu'il acquière de la maturité, de la distinction, de l'élégance ou encore de l'expérience, ilsera toujours réduit à son statut de fils, de petit-frère qu'on couve et qu'on taquine, de neveu à qui on changeait la couche, ... etc. Cette relation est inaltérable. De cette façon, son désir d'être considéré comme un être responsable et indépendant ne sera jamais.
Aussi, la famille est une source de conflits perpétuels où se mélangent jalousie, envies et défiances. Les philosophes de touttemps ont quasiment été unanimes pour dire que "la famille est un obstacle au déploiement de la liberté de penser". Etant donné que les parents instaurent une éducation basée sur les valeurs qu'ils veulent inculquer à leurs progénitures, il y aura souvent des divergences d'opinion tel qu'un jeune homme élevé dans une famille pacifiste et qui s'engage à l'armée.
Cependant, de ce cocon familial, ilest impossible de s'échapper. En effet, on ne peut oublier toute une enfance. Notre appartenance à un groupe n'a pas dépendu et ne dépendra jamais de nous. De ce fait, il est tout à fait illusoire d'essayer de la nier.

Ainsi, puisqu'il est impensable de surmonter la famille, beaucoup de nos jours la réforment. Après tout, la famille n'est qu'une institution artificielle, une coutumeculturelle. L'idée était déjà proposée dans l'Antiquité, notamment par Socrate, qui avait d'ailleurs écrit : "Que ces femmes soient toutes communes à tous ces hommes, et qu'aucune ne cohabite avec aucun en privé; que ces enfants également soient communs, et qu'un parent ne sache pas lequel est sa progéniture, ni un enfant son parent". Et de fait, depuis quelques décennies, de nombreuses possibilitéssont à notre disposition: l'adoption, la recomposition de la tribu, l'introduction d'amis dans le foyer, l'élaboration de contrats divers, l'homo- ou monoparentalisation ...
En outre, d'autres s'opposent tout simplement à la réalisation d'une famille et lui préfère le célibat. Notons, que les célibataires représentent jusqu'à 60% de la population des métropoles. La famille semble perdre de...
tracking img