Faut il aimer pour respecter

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (372 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'amour est-il nécessaire au respect ? Est-il une condition de celui-ci ? Qu'est-ce donc que le respect ? Ne respecterai-je que les personnes que j'aime ou dois-je respecter aussi les personneshaïssables ? Il faut donc commencer par produire une définition précise du respect. Au sens premier, le respect est un sentiment (d'où la proximité possible avec d'autres sentiments comme l'amour)qu'impose la valeur d'une personne, d'une idée ou d'une règle et qui conduit à s'abstenir de toute action ou de tout jugement qui pourrait lui porter atteinte. En ce sens, si je respecte les personnes quiont de la valeur, il faut se demander si cette valeur est basée sur mon sentiment intime, ou sur une donnée plus générale. En un sens plus précis, le respect est, dans la philosophie de Kant, unsentiment moral distinct de tous les autres sentiments, car il ne provient pas de la sensibilité mais de la raison pratique. Dès lors l'amour n'a rien à voir avec le respect. Ainsi, pour Kant, agir paramour de l'humanité, ce n'est pas agir par devoir. Si, en revanche, quel que soit mon sentiment pour l'humanité ou pour tel homme en particulier, j'agis en traitant l'humanité en ma personne et en lapersonne d'autrui toujours comme une fin, et jamais simplement comme un moyen, alors j'agis par devoir, par respect de la loi morale. C'est en ce sens que le respect est le seul sentiment moral. Lerespect est produit par la seule considération de la loi morale qui m'enjoint de dépasser mes penchants ou intérêts pour me soumettre à une législation universelle. Le respect s'oppose donc à l'amourselon Kant (dans la Critique de la raison pratique et dans les Fondements de la métaphysique des moeurs). L'amour ne peut être un principe éthique ; il est contingent et ne peut être commandé (onn'aime pas sur commande). On ne peut aimer universellement non plus. On doit traiter l'autre comme une fin (fin en soi), ce qui suppose que l'on reconnaisse la présence de l'universel en chaque...
tracking img