Fiche de lecture de ondine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1706 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I- Le paratexte.

L'auteur : ses dates le situent pendant la période romantique.
Le titre : Ondine désigne une fée des eaux généralement malfaisante de la mythologie nordique et de la littérature germanique. Dans son nom est contenu le mot « onde », terme poétique signifiant « eau ».
Le titre du recueil, Gaspard de la nuit, Fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot, fait référence àla peinture à travers la mention de Rembrandt et à la gravure en nommant Callot. L'inspiration fantastique est indiquée par le terme Fantaisies, puisque Fantaisies à la manière de Callot est le titre d'un recueil de contes d'Hoffmann, auteur allemand de littérature fantastique.
Les vers en exergue de Ch. Brugnot ont été placés par Aloysius Bertrand en « introduction » de son texte. Il présentede fortes ressemblances avec le poème de Bertrand : dans les deux cas, une sensation auditive se transforme en un chant ou une chanson à peine audible. Une tonalité, plaintive, est évoquée, « une voix triste et tendre » que l'on suppose être celle d'une femme. La mention du « sommeil », dans les vers de Brugnot, introduit une atmosphère onirique que l'on retrouve dans le poème de Bertrand où l'onsuppose que ce que raconte le poète est le fruit d'un esprit dans les brumes du sommeil, ce qui laisse toute latitude aux divagations de l'imagination.

II- Le texte.

Le genre.
C'est un poème qui ne répond pas aux critères traditionnels puisqu'il est écrit en prose et non en vers, ce qui explique la disparition des rimes. Ce poème en prose prend ici la forme d'une ballade constituée decouplets avec refrain racontant une histoire d'inspiration légendaire ; la ballade est une forme poétique traditionnelle proche de la chanson. Au plan de la structure, on remarque une tension entre une forme résolument novatrice, le poème en prose, et une forme traditionnelle, la ballade.
Le type.
C'est un texte narratif. Il est possible de repérer le schéma narratif suivant.
- Situation initiale: le poète est chez lui.
- Première étape : le bruit de la pluie, élément perturbateur, va se transformer en chanson. C'est la chanson d'Ondine.
- Deuxième étape : la proposition d'Ondine.
- Dernière étape : le refus du poète qui avoue préférer l'amour d'une mortelle.
- Situation finale : la disparition d'Ondine.
La structure.
La composition est très nette :
A. Chanson d'Ondine (chansonde séduction) : couplet 1, la pluie (apparition d'Ondine) ; couplet 2, le lac (évocation du palais) ; couplet 3, les plantes d'eau (le royaume d'Ondine).
B. Le récit (du poète) : couplet 4, proposition de mariage ; couplet 5, refus lucide et disparition de l'enchantement.
La structure est circulaire : on constate en effet une symétrie entre le 1er couplet, ou alinéa, et le 5e : « Ondine », «gouttes d'eau », « les losanges sonores de ta fenêtre » / « elle », « giboulées », « le long de mes vitraux bleus. » Les vitraux renvoient à la fenêtre du premier couplet, qui a une valeur symbolique et qui sépare les deux mondes, celui du poète et d'Ondine. La fidélité du poète le sauvera, il restera de ce côté-ci du miroir. Les giboulées indiquent le retour au réel. Le thème de l'eau revient dansle dernier segment de phrase de chaque alinéa à travers l'évocation du lac : « lac endormi », « au fond du lac », « qui pêche à la ligne », « le roi des lacs ». Cela souligne l'unité des couplets 1, 2, 3 et 4.
Par ailleurs, la présentation typographique, avec une segmentation en couplets brefs de dimension équivalente, souligne l'aspect « éclaté » d'un mode de narration propre au Moyen Age etrappelle les scènes qui étaient peintes sur les vitraux : la dame à sa fenêtre, le palais sous l'eau, le royaume aquatique. Les couleurs vert, bleu et blanc suggérées implicitement ou explicitement dans le texte sont des couleurs de vitraux. Ce qui nous a été raconté, n'est-ce pas une scène éclatée de verrier ? Plus encore qu'à l'art du graveur qu'évoquent les noms de Callot et de Rembrandt, l'art...
tracking img