Fiche de lecture - etre sans destin - imre kertesz

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (560 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Etre sans destin, Imre Kertesz

Biographie : Juif hongrois, né à Budapest en 1929, Imre Kertesz connaîtra le monde des camps de concentration en 1944. Il passa par 2 deux camps les plus tristement« célèbres », Auschwitz et Buchenwald. Il en sortira en 1945. Il se consacrera alors à l’écriture, dans une Hongrie communiste qui l’ignora. Ce n’est qu’après la chute du mur de Berlin et ladislocation de l’URSS et de ses satellites qu’il fut reconnut mondialement. Il obtenu en 2002 le prix Nobel de littérature pour son œuvre, Etre sans destin.

L’ouvrage : Paru une première fois en 1975 dansune Hongrie communiste indifférente, cet ouvrage raconte l’histoire d’un jeune Juif-hongrois de 15 ans, qui va connaître la déportation, passant par Auschwitz, Zeitz et Buchenwald. Cette oeuvre ne sedémarque pas, malheureusement, par l’originalité de son histoire.
Mais ce qui donne à cette ouvrage un caractère exceptionnel tient au style employé par l’auteur tout au long de l’ouvrage. L’auteurtente en effet tout au long de son récit de nous inscrire dans le paysage des camps, et de la réflexion que l’on peut en tirer. Pourtant lui-même ne se lance pas dans une simple description morbide descamps. Il préfère nous illustrer la manière dont la vie quotidienne se déroule au sein de ses camps, racontant son ennui, sa perte de notion du temps, son travail, sa santé. Les sentiments personnels dunarrateur n’apparaissent que rarement dans l’ouvrage. L’auteur préfère par le biais des questionnements de son personnage nous inviter à une réflexion personnelle sur la réalité quotidienne descamps. De tous ces apprentissages contraints, la vie du narrateur en sera conditionnée, comme le montre le difficile retour à la « réalité », à la maison. Jamais l’ouvrage ne tombe dans la sentimentalité.Un exemple du livre qui est perturbant : rarement on voit les SS comme des tortionnaires. Ils sont là comme des guides, menant lentement mais sûrement la population du Lager vers sa fin. Mais...
tracking img