Fiche de lecture, la peste d'albert camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2929 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Albert Camus, La Peste

TRAME NARRATIVE
La Peste est un roman qui à première vue obéit au schéma classique du point de vue de la trame. C'est un roman fermé, qui débute par une présentation par le narrateur du lieu où se déroulent les évènements contés, la ville d'Oran, ainsi que le genre duquel le récit qui suit se réclame, la chronique. L'année durant laquelle se sont produits ces évènementsest également mentionnée, à la fois de façon précise et imprécise, puisque le lecteur sait qu'elle est une année précise appartenant à la décennie 1940.
La première sous-partie crée une série d'attentes qui correspondent plus ou moins à l'objectif de l'incipit du roman traditionnel: la nomination des évènements qui font l'objet de la chronique, exception faite du titre, est différée, car elleest gardée secrète par le narrateur jusqu'à la page 41 ( Albert Camus, La Peste, Gallimard, coll. Folio, 1947). l'annonce du genre est également porteur d'attentes de la part du lecteur qui va mesurer au fur et à mesure de la lecture le respect ou au contraire l'écart qui existe entre le modèle déterminé par le genre et son application particulière. Enfin, la dernière attente créée par l'incipitest celle concernant l'identité du narrateur, dont il est annoncé dès le début qu'elle sera dévoilée en temps voulu, et qui le sera effectivement, à la toute fin du roman: « Du reste, le narrateur, qu'on connaîtra toujours à temps [...] » (p. 12).
L'excipit correspond également à celui d'un roman fermé; dans l'avant-dernière partie, le lecteur a connaissance du destin de tous les personnagesrencontrés au fil de l'œuvre, à l'exception de Cottard, dont le sort est révélé dans la dernière sous-partie: Tarrou est mort, le juge Othon et la femme du docteur Rieux également, Rambert, dont l'unique objectif était de rejoindre sa femme, retrouve celle-ci lors de l'ouverture des portes de la ville, Grand a enfin écrit à sa femme qui l'a quitté et semble en paix. La dernière sous-partie achève desceller le sort des personnages: le lecteur prend connaissance de l'arrestation de Cottard, et le roman se clôt sur le docteur Rieux écoutant les bruits joyeux de la ville libérée du fléau depuis la terrasse du vieil asthmatique, et prenant la décision d'écrire le récit qui vient d'être lu. De plus, cette scène fait écho à celle située p. 253, dans laquelle Rieux et Tarrou, sur cette même terrasse,échangent ouvertement les premiers signes d'une amitié. À la fin du roman, le docteur se retrouve seul sur la terrasse, Tarrou, son seul ami, étant mort, faisant une sorte de bilan des évènements passés: « Cottard, Tarrou, ceux et celles que Rieux avait aimés et perdus, tous, morts ou coupables, étaient oubliés » (p. 308).
La division du roman elle-même en cinq grandes parties, à l'image des cinqactes de la tragédie classique, et son organisation relève d'un développement relativement traditionnel. La partie I comprend la présentation préalable, avant le récit proprement dit, de la ville d'Oran et de la façon dont y vivent ses habitants, celle du genre et du rôle que s'assigne le narrateur, puis la progressive apparition de l'épidémie jusqu'à la fermeture des portes de la ville, qui peutêtre perçu comme l'élément déclencheur suivant le schéma traditionnel du roman. La partie II narre le début de l'isolement, les changements notables dans l'organisation de la ville, et les deux attitudes possibles et illustrées face à la situation: la tentative de lutte contre l'épidémie (les médecins, les autorités ecclésiastiques, les volontaires), ou bien la fuite (illustrée par la descriptionrapide des violences et surtout par le personnage de Rambert). La partie III, beaucoup plus courte, concerne le point culminant de l'épidémie. La IV, si elle s'apparente relativement mal à ce qui constitue la résolution, comprend néanmoins l'apparition pour le lecteur, dans la dernière sous-partie, la réapparition de l'espoir avec la rémission presque miraculeuse de Grand et d'autres cas...
tracking img