Fiche de lecture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2340 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1
I- LE CONTEXTE SOCIO-POLITIQUE ….......................…............................................................... 3

II- LE JUDAÏSME ET LES MOUVEMENTS DE REFORME …......................................................4

III- LE MESSAGE DE JESUS …................................................................................................................5

IV- POINT DE VUEPERSONNEL …...................................................................................................6

2
Gerd Theissen nous présente l'univers de Jésus de Nazareth et nous y plonge de manière vivante. Il met en scène ces recherches: il ne s'agit pas, et c'est remarquable, d'un manuel ou d'un traité, mais bien d'un "récit historique", presqu'un roman. Il nous présente une vision de Jésus peuconforme à la tradition chrétienne en nous offrant le récit d'un homme,dont la vision humaniste et révolutionnaire contraste avec sa déification par les chrétiens. L'analyse de l'environnement historique,politique et culturel dans lequel ce récit se présente nous apporte une vision plus rationnelle et contribue à dégager une histoire conforme aux réalités de l'époque de Jésus. Nous aborderonstrois points essentiels sur lesquels repose l'analyse de l'auteur afin de mieux comprendre sa position.
Il s'agit du contexte socio-politique, du judaïsme et différents mouvements de réforme puis nous parlerons du mouvement de Jésus lui même.

I- LE CONTEXTE SOCIO-POLITIQUE

Au moment de la naissance de Jésus, son pays était sous le joug des romains et aussi sous celui d'un membre d'unefamille d'origine bédouine au nom de Hérode. Le pays était divisé entre ces deux pouvoirs, celui d'Hérode Antipas, fils du roi Hérode qui administrait la Galilée et celui de Rome par son procurateur Ponce Pilate qui administrait la Judée. Entre romains et juifs, les relations étaient moins que chaleureuses. Les romains se méfiaient des coutumes et traditions juives qui étaient pour le moinsincompréhensibles, et les juifs s'attachant à leur fierté,supportaient mal la servitude. Ils veillaient à ce que les romains ne fassent rien qui puisse porter atteinte à leur religion. En ces temps là, toute la communauté juive reposait sur la religion, la vie entière était ordonnée et contrôlée par elle. Une ingérence romaine dans les activités ecclésiastiques était loin d'être admissible par la communautéjuive. Il existait alors en ce moment deux sorte de tensions: d'une part l'administration Pilate qui était prête à tout pour maintenir son autorité, et d'autre part la sauvegarde du judaïsme par les juifs qui ne voulaient pas de souillure de la part des païens. La conjugaison de ces deux antagonismes créait une ambiance de méfiance et de suspicion. Il faut noter que la présence romaine étaitdurement ressentie, même dans la période où Rome gouvernait Israël de façon indirecte. La présence romaine était une source permanente de conflit avec la loi juive, et elle entraînait aussi les conséquences économiques graves sur l'univers social; notamment l'obligation de payer l'impôt à Rome qui s'ajoute au système de dîme instauré par la Torah. En combinant le total de tous ces impôts que devait payerle paysan, on pourrait apercevoir l'évidence d'une crise économique et social majeur. L'impact a été grand, beaucoup de juifs se sont retrouvés dépossédés de leur terre et réduits soit à la mendicité, soit à la révolte contre l'oppresseur. Telle a été en bref la situation socio-politique d'Israël du premier siècle.

3
II- LE JUDAÏSME ET LES MOUVEMENTS DE REFORME

face à la crise qui menaçaitl'univers social juif, tous les mouvements de réformes se rencontraient autour de la question de la signification du fait d'être juif dans les circonstances de troubles aussi aigus. Mais chacun d'eux avait sa propre compréhension et sa propre stratégie pour surmonter la crise provoquée par les romains, comme nous le raconte Marcus Borg¹.
C'est ainsi qu'on avait:

Les sadducéens: c'était un...
tracking img