Genet et les palestiniens : la subversion de la politique orientaliste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3457 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Genet et les Palestiniens :
La Subversion de la politique orientaliste
S’il existe une œuvre dans laquelle les fils de la longue quête de la vie de Jean Genet se joignent c’est Un captif amoureux. Que nous insistions sur cette notion de « fil » car, s’il existe un lien constant qui traverse la vie et le travail de Genet, c’est son investigation théorique et littéraire du rapport entre lesdiverses façons dont opèrent l’image et la parole dans les médias et comment de telles opérations servent à nourrir une politique orientaliste. C’est à cette politique orientaliste, fondée sur le regard sur l’autre, que Genet attribue l’oppression raciale et institutionnalisée qui caractérise la politique du gouvernement français et qui, au sens plus large, sous-tend tout programme colonisateuravancé par la culture hégémonique. Or Genet s’évertue à explorer et réhabiliter dans sa dernière entreprise littéraire le fonctionnement de l’image en relation à la parole. Ainsi Un captif amoureux fonctionne comme une sorte de laboratoire théorique et pratique de ce que Ahdaf Soueif appelle « the poetics of the image »[1] pour Genet et qui représente la réalisation d’une dépolitisation duphénomène dit orientalisme.
La culture hégémonique, en termes gramsciens, puise sa force dans une très longue tradition idéologique. De nombreux mythes fondateurs irriguent la pensée occidentale, modulant son rapport à l’altérité et à l’identité. Genet décrit les implications de cette idéologie sur sa propre formation éducative en France :
[F]rom the time I was six until I was twelve orthirteen, the « East », and thus « Islam », was always presented in French schools as a kind of shadow of Christianity. I, as a little Frenchman, lived in the light. Everything that was Muslim was in the shadow [. . .]. (“Affirmation” 76)
C’est bien ce type de prosélytisme et de notion de supériorité concomitante...au coeur même de la politique orientaliste...que Genet trouve intolérable.Cependant, il faut souligner que Genet ne cherche point à éradiquer le discours orientaliste. Tout au contraire, il y trouve une matrice féconde de repères familiaux, révolutionnaires, violents et, bien entendu, érotiques. Pour Genet il n’est pas question de déconstruire ou de détruire le discours orientaliste, mais plutôt de le resignifier. Il n’est pas étonnant, comme le signale Juan Goytisolo dansLes royaumes déchirés, que parmi les écrivains préférés de Genet, se trouvent Nerval et Rimbaud, dont les écrits nous révèlent un Orient différent de celui que décrivent leurs pairs—un Orient que ne racontent pas forcément les rapports de militaires français ou les lettres des colonisateurs (157). Chez Rimbaud et Nerval, et quelques autres, Genet trouve déjà les bases d’un discours orientalistedistillé de la politique d’oppression qu’il développera dans Un captif amoureux. De plus, Genet exploite l’importance de l’image photographique et le rôle que celle-ci peut jouer dans l’élaboration du même discours dans ses écrits. Notons que quinze ans avant la parution d’Un captif amoureux, Genet avait élaboré une réflexion alternative—alternative aux commentaires propagés dans les médiasoccidentaux—sur une série de photographies prises par Bruno Barbey dans les camps palestiniens. Dans cet article, connu par le titre « Les Palestiniens », Genet met en évidence la nature janusienne qui appartient à l’image : « Les images [. . .] ont une double fonction : montrer et dissimuler » (Ennemi 89).
Ne désirant point fusionner la belle méditation de Roland Barthes sur la photographie avec lesréflexions de Genet sur les Palestiniens, nous pouvons élaborer une considération tangentielle entre les deux afin de mieux mettre en évidence comment Genet explore et, il faut le dire, exploite cette double nature de l’image dans Un captif amoureux. La Chambre claire de Barthes sied à notre tentative car, en dépit de ce que disent certains critiques qui auraient voulu réduire cette œuvre...
tracking img