Geographie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 28 (6924 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION :

La ville algérienne ! Voilà assurément l’exemple typique de dossier à entrées multiples, que chacun peut aborder selon sa propre perception, son échelle de valeurs, ses attaches sentimentales ou ses inimités en raison de difficultés ou de contentieux surgis à la faveur de relations avec telle ou telle institution prestataire de services.

C’est dire la difficulté de trouver unfil d’Ariane ou un dénominateur commun pour conduire objectivement une analyse sur la ville et tenter de l’appréhender selon des aspects jugés essentiels, même si la hiérarchisation de ces derniers peut s’avérer arbitraire

Il faut signaler cependant que le terrain a été quelque peu balisé

En effet, le Conseil National Economique et Social ( CNES) a déjà examiné la question de la ville sousdivers angles, lors de ses différentes sessions, et notamment :
la 3ème session, dans son " Rapport sur l’Aménagement du Territoire et l’Environnement "et dans son avis sur le dossier " Projet de Stratégie Nationale de l’Habitat ",
la 4ème session, dans ses avis sur les dossiers " Demain l’Algérie " et " Villes Nouvelles " ainsi que dans son rapport sur " l’Habitat et le cadre de vie ",
la6ème session, dans son " étude sur la Politique Nationale en matière de Population " et dans son avis sur la " Stratégie Nationale de l’Habitat pour la période 1996-2000,
la 9ème session, dans son rapport sur " l’Environnement en Algérie : enjeu du développement ".

Si le CNES est revenu à plusieurs reprises, sous des formes variées, sur des questions aussi sensibles qui gravitent autour dutissu urbain, c’est en raison même de l’importance du problème et des enjeux qui s’y rattachent, sachant qu’au–delà du développement durable se profile la survie même de la Nation.

Il est conscient qu’il ne saurait rester à mi-chemin en se contentant d’observations éparses. L’auto-saisine du dossier de la ville algérienne a pour simple objectif de braquer le faisceau lumineux sur une situationurbaine des plus complexes, en tentant d’éviter cependant un double écueil :
focaliser l’attention uniquement sur les fonctions jugées classiques que doit assumer la ville pour le bien-être de ses habitants , d’une part,
restreindre l’étude au seul processus de spatialisation par le biais de la question foncière ou véhiculer l’ambiguïté qui subsiste dans les esprits à propos du triptyque

Ville– Habitat – Logement, d’autre part.

La ville ? le terme est devenu tellement familier qu’il peut induire en erreur en faisant croire à une relative facilité du thème alors qu’il est immensément complexe.

Le concept qui souffre d’une multitude d’interprétations est à manier avec précaution tant il est apte à conduire vers de fausses pistes ou démonstrations s’il est pris dans un sens restrictifou si l’entrée privilégiée recèle quelque confusion.

Ville champignon, ville portuaire, ville industrielle, ville administrative, ville économique, traduisent-t-elles par exemple des modes de croissance ? Etablissent–elles des typologies fonctionnelles ou renvoient–elles à des formes urbaines et à des structures spatiales caractéristiques d’une forme de culture donnée ?

Les grands ensemblesqui répondent à une architecture supposée moderne s’affuble du nom de Cité – cités Aïn – Naâdja, Garidi, Badjarah, les 200 logements par exemple, et deviennent très vite des lieux qui se singularisent par un mode de vie particulier et qui rendent compte des métamorphoses morphologiques de l’espace urbain.

La banlieue pensée le plus souvent comme périphérie, comme rejetée des centralitésurbaines identitaires, semble perdre ses droits à se constituer en " vraie ville ". le mot même de cité, dévalué actuellement dans son emploi composé par exemple le néologisme " cité dortoir " qui marquait plutôt la décomposition de la cité – ne renvoie plus à des sujets, ses sujets propres ; les citoyens exerçant leur souveraineté démocratique dans un espace totalement humanisé – mais à des "...
tracking img