Gestion de conflit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1474 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Avec l’Investigation Appréciative

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER

1

Non pas

de Résoudre le Conflit

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER

2

!"

#

$

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER

3

Pensez à un moment où un conflit a eu des résultats positifs (ou souhaitables)dans le travail ? Qui a été impliqué dans le conflit (manager, employés, etc..)? Décrivez avec le plus de détails possible Pensez à un conflit d’apparence négatif, quels résultats positifs pouvez vous retenir ?

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER

4

C’est un moyen de créer des relations de travail idéales. Quelles sont pour vous les composantes derelations de travail idéales ?

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER

5

Très souvent, le conflit est le résultat d’un manque de communication, Il faut « voir » le conflit comme une opportunité de développement personnel et professionnel, Le conflit permet d’améliorer les relations et la productivité dans le travail, Pour résoudre un conflit, il faut communiquer defaçons TRES efficaces.

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER

6

!

"

Nous avons tendance à confondre le conflit et Une indécision, Un désaccord, Le stress, Ou d’autres expériences courantes……. Car cela peut causer ou avoir causé un conflit !

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER

7

# Dans un conflit, les personnes :Sont interdépendantes, Se blâment, Sont émotionnellement impliquées, Sont affectées par les relations dans le travail, ce qui affecte aussi la productivité !

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER

8

$

%

&

Il y a une diminution des engagements de l’équipe et de ses responsabilités face à sa mission si le conflit persiste, mais une augmentation de sesengagements si le conflit est contrôlé ou résolu. Un conflit non résolu incitera certains employés à partir ou à trouver des solutions alternatives (comme l’absentéisme). 42% du temps de travail d’un directeur ou d’un responsable est passé à trouver des accords lorsqu’un conflit existe.

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER

9

'

%

(

Réaction A : oÉviter le contact, o Écrire des notes plutôt que de parler, o Retenir les informations, o Ne pas donner son soutien, o Être passif.

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER

10

'

%

(

Réaction B : o Essayer d’obtenir tout des autres, o Crier, o Souhaiter être le premier, o Être menaçant, o Miner la réputation de ses adversaires, o Être agressif. ATTENTION :ne suivez pas toujours votre instinct. La première réaction peut être erronée. Une réponse de combat est une réponse physiologique au danger.

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER

11

'

%

(

Réaction C : o Avoir des gestes nerveux, o Opter pour une stature fermée, o Avoir un visage tendu, o Crier, o Être involontaire.

Véronique CHAPELLE 2005d'après les travaux de David COOPERRIDER

12

)

%

*

Mettre son énergie et sa motivation au service des actions à mener, Les personnes et le système doivent innover (en raison d’une plus grande diversité des points de vue) Développer une plus grande compréhension des positions, des visions de chacun, Chacun pourra avoir plus conscience de sa propre identité, Les méthodes de gestion deconflits permettent aussi de contrôler les conflits internes de chaque individu.

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER

13

%"

#

$ & '

&(

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER

14

+ ,%
/ " )" + + , * * ) ) 01 * ) * ) * "

.
,- +

!

Véronique CHAPELLE 2005

d'après les travaux de David COOPERRIDER...
tracking img