Heritage et enjeux du continent africain

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6016 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
HERITAGES ET ENJEUX DU CONTINENT AFRICAIN

Introduction

En 1962, l’ingénieur agronome René Dumont publiait un ouvrage intitulé « L’Afrique noire est mal partie ». Un demi-siècle plus tard, l’actualité vient confirmer chaque jour ce diagnostique pessimiste : famine, sécheresse, pauvreté, SIDA, guerres civiles. Ce constat nous invite à nous interroger sur les causes anciennes et récentes dusous-développement et sur les enjeux et les défis que doivent relever les Africains.
Dès lors, il convient de rappeler que le continent africain a été un continent longtemps colonisé par les puissances européennes. L’un des impacts les plus durables de la période coloniale a été le legs d’un modèle d’Etat moderne, plus ou moins bien adapté aux sociétés africaines. En revanche, il est indéniableque depuis les indépendances, nombre de pays restent en grande difficulté. Insécurité, pauvreté, sous-développement, déséquilibres socio-économiques font de l’Afrique un continent qui vacille entre espoir et désillusion. Plus inquiétant, les richesses géologiques et minières qui présentent un potentiel de croissance important, deviennent les sources de conflits internes. Ce qui pourrait apparaîtresur les autres continents comme un atout devient en Afrique un fardeau.
Ainsi, nous replacerons les relations entre l’Afrique et le reste du monde dans leur contexte historique. Puis, nous traiterons des enjeux et des défis que doivent relever les Africains à l’aube du XXIe siècle. Pour finir, nous verrons que les richesses naturelles peuvent constituer des atouts a priori, mais que bien souventelles représentent des contraintes.

1. La persistance de l’héritage colonial

Entre la fin du XIXe siècle et les années 1960, la colonisation du continent africain par les puissances européennes aboutit à l’élaboration du système colonial. Le partage du territoire et l’imposition d’un modèle politique ont profondément marqué le continent. Par la suite, les élites issues de la décolonisationne sont pas parvenues à dégager un modèle africain pour mettre en valeur le continent. Leurs héritiers actuels se lancent dans des initiatives visant à une recomposition du territoire.

11. La frontière enjeu des conflits

En 1884-1885, la conférence de Berlin règle définitivement les problèmes de concurrences territoriales entre les puissances européennes, mais elle bouleverse en profondeurl’organisation traditionnelle des sociétés africaines. Lors des décolonisations, les Etats africains se sont appropriés les frontières coloniales et en ont fait une composante de leur identité, perpétuant des déséquilibres qui demeurent des sources de friction.

La conférence de Berlin (novembre 1884 à février 1885) remédie aux tensions territoriales entre puissances colonisatrices en proclamantl’intangibilité des frontières. Le choix des frontières est inspiré du concept européen de « frontières naturelles ». Le découpage s’appuie sur des éléments physiques tels les fleuves, les lignes de crête, les ensembles désertiques ou encore les méridiens et les parallèles. La France entreprend de constituer un vaste empire, de la Méditerranée à l’Afrique occidentale ; l’Angleterre veut dominerl’Afrique orientale du Cap au Caire. La Belgique, l’Allemagne et l’Italie se partagent le reste de l’Afrique (carte 1).
Suite aux décolonisations des années 1960-1962, 32 nouveaux Etats africains indépendants créent l’Organisation de l’unité africaine en 1963 . Cette organisation était vouée à l’éradication du colonialisme, cependant parmi ses principes fondamentaux elle consacre le respect du tracédes frontières héritées de la période coloniale. Lors de sa création, les fondateurs s’opposent sur la nature de l’OUA. Les partisans du fédéralisme, menés par le président du Ghana : Kwame Nkrumah, proposent d’en faire un outil d’intégration. Ils s’opposent aux tenants d’une « Afrique des Etats » menés par le président du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, qui veulent limiter l’organisation à...
tracking img