Hiroshima

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1026 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Etude d’un document

Albert Camus, éditorial du journal Combat, 8 août 1945

1) Présentez le document
2) Quelles raisons justifient l’emploi de la bombe atomique ? Qu’en pense l’auteur ?
3) Les pays vainqueurs ont-ils retenu les principes évoqués par Camus pour assurer la paix ?
4) Expliquez les phrases soulignées
5) La période suivante a-t-elle été marquée par l’ « angoisse nouvelle »dont parle l’auteur ?

Correction

1) Le 8 août 1945, deux jours après que la première bombe nucléaire a rasé Hiroshima, l’écrivain, dramaturge et journaliste résistant Albert Camus réagit à cet événement dans l’éditorial du journal français Combat. Camus est un intellectuel, c’est-à-dire qu’il raisonne non pas seulement en fonction du contexte politique, économique ou social, mais aussi enfonction des valeurs qu’il estime devoir être celles du genre humain (la « justice », l.15). Contrairement à l’essentiel des articles de presse du moment, cette « foule de commentaires enthousiastes » (l.4), il observe avec crainte l’avènement du nucléaire dans l’histoire militaire et scientifique.

2) La bombe atomique a été employée par l’armée américaine sur l’ordre du président Harry Trumanafin d’accélérer la capitulation japonaise. Alors qu’en Europe la guerre s’est achevée les 8 et 9 mai 1945, le Japon continue de combattre. Pour éviter de longues semaines de combat et l’envoi de soldats américains supplémentaires, Truman donne l’ordre de larguer la première bombe sur une ville moyenne. L’effet peut ainsi être suffisamment désastreux pour impressionner l’adversaire, suffisamment àl’écart des très grands centres urbains pour ne pas susciter de réaction nationaliste majeure. L’objectif, belle litote, est « l’intimidation » (l.22). Camus approuverait l’effet s’il met fin à la guerre (« nous nous réjouirons », l. 22) mais s’inquiète de l’écart entre l’idéal de progrès, notamment celui de l’industrie (la « civilisation mécanique », l. 7) censé depuis les Lumières être l’objectifd’une société plus juste, les usages de la science, censée améliorer la vie quotidienne, et la « sauvagerie » (l.8), le « meurtre organisé » (l.16) que le progrès et la science ont accouché à Hiroshima. C’est cet écart et l’absence de réaction de ses confrères qu’il critique.

3) Camus plaide pour une « véritable société internationale, où les grandes puissances n’auront pas de droits supérieurs auxpetites et aux moyennes nations (…) où la guerre (…) ne dépendra plus des appétits et des doctrines » (l.24-27). Camus fait ici allusion à la création de l’Organisation des Nations Unies, à San Francisco, quelques semaines auparavant (juin 1945). Cette société est l’héritière de la Société des Nations, née en 1919 de la volonté d’éviter la guerre par une négociation permanente entre les Etats.L’ONU conserve cette idée, énonce que les Etats sont tous égaux (Assemblée générale de l’ONU : un Etat a une voix quelle que soit sa puissance), mais crée un Conseil de Sécurité dans lequel cinq nations possèdent un droit de veto. De fait il existe une inégalité entre ces cinq Etats et les autres. L’équilibre idéal est rompu. L’objectif de cette « société internationale » idéale serait de rendre laguerre « fléau définitif » c’est-à-dire dernière possibilité d’une négociation longue (définitif signifiant dernière étape), mais aussi instrument de destruction final des nations (définitif signifiant aussi mort, disparition). L’objectif est de détruire l’idée de guerre. L’existence de la bombe atomique rend cet idéal caduc : l’inégalité entre Etats nucléaires et non-nucléaires recrée un instrumentde domination d’une nation sur l’autre. Pour Camus, l’ONU a échoué par avance pour la seule raison qu’il n’y a pas d’égalité technique et militaire entre les nations. La dissémination nucléaire dans les années qui suivent (1949 URSS, 1955 Royaume-Uni, 1960 Chine et France,…) va instaurer un équilibre de la terreur entre les Etats nucléarisés, empêcher toute guerre entre eux (sinon...
tracking img