Histoire de la sociologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 32 (7763 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

« La sociologie, nous dit J.M Berthelot, naît lorsque, dans un même mouvement, elle problématise son objet et le mode de connaissance qui lui convient et met à l’épreuve empiriquement la pertinence de ses choix ».

La polysémie du social explique, par ailleurs, que la sociologie ait maille à partir avec l’idéologie et la philosophie. On conçoit ainsi aisément que le social –compris ici prosaïquement comme un ensemble de façons normées d’être et d’agir – puisse être objet de discussions entre des hommes et des femmes confrontés à la vie de tous les jours et être traversé par des idéologies.
Mais si le social est entendu de façon plus extensive comme, par exemple, l’essence même de la vie publique, alors la sociologie disputera à la fois à la philosophie et aux sciencespolitique et économique la validité ou plus exactement la pertinence de son savoir. L’histoire de la sociologie reflète également cette dimension.

I°) Aux origines d’une pensée sociologique ou en quoi la sociologie ne peut pas se définir seulement comme une rupture épistémologique.

Ce n’est pas tant l’objet de réflexion qui différencie la sociologie de la philosophie, ni même la façon denommer et désigner les problèmes et les thèmes de réflexion que les postures d’interrogation de l’objet.
Fille de la révolution industrielle, la sociologie se définit comme une démarche qui « se veut scientifique du social en tant que tel », selon l’expression du R. Aron. Peu importe ici que la sociologie soit ce qu’elle prétend être. Sa posture d’interrogation du réel, ses méthodes et sonraisonnement font d’elle une démarche hypothético-inductive qui l’éloigne de toute philosophie sociale pour autant que celle-ci soit identifiée à partir de l’utopie.

L’Antiquité grecque
De l’autonomisation du domaine des « affaires humaines » dans l’œuvre d’Aristote
La conception de la connaissance développée par Aristote prend forme autour de deux concepts qui sont la définition et le raisonnement.Si les idées sont partie intégrante du monde sensible, alors la connaissance visera à saisir, au-delà de la diversité des formes sensibles, l’essence des réalités. L’essence des choses et des êtres est saisie dans l’acte même de définition de la réalité étudiée.
On retrouve ici une des caractéristiques de la démarche platonicienne mais associée à une recherche de la preuve qui passe soit par unexamen quasi anthropologique des réalités sociales (Les politiques), soit par le canal de la déduction associée à une définition. Le raisonnement aristotélicien marquera profondément la pensée occidentale et in fine la sociologie lorsqu’elle aborde l’action.

Aristote montrera que la raison pratique et la raison théorique empruntent le même chemin logique pour agir et construire un raisonnement :le principe de non-contradiction. Lorsque les sociologues s’interrogent sur l’action et par là même sur l’acteur ils empruntent également un chemin de raisonnement logique de type syllogistique en postulant à la suite d’Aristote une relation logique de forme causale entre les raisons d’agir des acteurs et ce qu’ils font réellement (c’est particulièrement le cas des sociologies de l’action et del’acteur).
Ce mode de raisonnement latent procède entre autres choses de la définition que donne Aristote de l’action et de la typologie des causes de l’action. Une des quatre causes de cette typologie est la cause dite « finale ». « La fin de son comportement en est aussi la raison d’être ou la cause. » Cette catégorie de causes est associée à un mode d’explication d’un phénomène que l’on nomme« téléologique » parce qu’il s’appuie sur les « finalités poursuivies par un individu, un groupe ou un système ».

L’homme est un être social qui trouve son épanouissement dans un milieu social lui permettant de traduire en acte sa vertu. La morale aristotélicienne est une morale utilitariste et eudémoniste qui trouve un écho dans l’autonomie de la sphère de l’action humaine dont on connaît le...
tracking img