Histoire mur de berlin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1392 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA COMMEMORATION DE LA CHUTE DU MUR DE BERLIN

Le 10/11/2009

C’était hier une grande joie populaire allemande mais aussi européenne et internationale commémorant la chute du mur, il y a vingt ans, symbole de l’effondrement du communisme et de la guerre froide. En effet, la construction du mur, dans la nuit du 12 au 13 août 1961, qui avait pour but de mettre fin à l’exode croissant deshabitants de la RDA vers la RFA sépare donc physiquement Berlin et l’Allemagne entre l’Est ou l’Ouest pendant près de 28 ans. Cependant, rappelons que cette idée de séparation prend ses bases dans le discours de Churchill qui mettait en avant le fait que l’Europe était divisée par un « rideau de fer » en 1946 du fait de l’existence de ce « rideau » vont alors se développer de nombreux conflits entrel’Est et l’Ouest et notamment en 1948 avec la première crise de Berlin. La destruction du mur le 9 novembre 1989 après des semaines de manifestations est donc un évènement qui ouvrit la voie à la réunification allemande et c’est pour cette raison qu’hier ils étaient environ 100 000 à braver le mauvais temps pour assister aux célébrations et voir les chefs d’état et de gouvernement allemand, français,russe, britannique, ainsi que d’anciennes personnalités de l’époque. Parmi eux nous avons retrouvés des allemands de l’ancienne RDA ou de l’ancienne RFA et même des français qui veulent témoigner sur leurs ressentis sur ce « mur de la honte », de sa construction à sa destruction.

[pic]

Comment votre famille a-t-elle vécue la construction du mur ?

Nicole : Ce soir là, ma grand mère quihabitait près des voies de chemin de fer n’a pu s’endormir car dehors il y avait un bruit infernal, des chars et des camions qui arrivaient et bouclaient tout le périmètre.

A ce moment là, saviez-vous ce qu’il se passait ?
Nicole : A la télévision, on disait qu’ils faisaient ça pour nous protéger tout d’abord du capitalisme et des impérialistes et ensuite des gens de l’ouest qui –selon eux- nouspillaient car ils venaient acheter notre pain ou notre lait qui n’étaient pas cher pour eux. Cependant aux informations, ils n’ont jamais employé le mot « mur », ils ont toujours dit : la frontière qui nous protège, SCHUTZWALL.

Quelles ont été les réactions des autres pays ?
Manuel : Je me souviens de la réaction des Etats-Unis à la construction du mur. A l’époque, c’était Kennedy qui étaitprésident. Il paraît que les Etats-Unis savaient déjà que les russes, ou les allemands de l’Est préparaient quelque chose. Personne n’à appeler Berlin pour savoir ce qu’il se passait sur place. Voilà ce qu’il se passa en ce jour tellement important pour les berlinois, aucune réaction de la part des américains. Il y avait des gens qui craignaient une troisième guerre mondiale et les Etats Unis se sontcomplètement écrasés.

Pensez-vous que tous les allemands étaient contre la construction du mur ?
Dominique : J’ai un collègue qui était en RDA à la construction du mur et qui a participé à la construction du mur. Lui était pour la construction de ce mur, il qualifiait même ceux qui voulaient quitter la RDA de traites. Cependant je pense que la plupart des personnes étaient contre ce mur.Quels sont les bâtiments où les installations qui vous ont marqués pendant cette séparation ?
Anke : Les bâtiments qui m’ont le plus marqués sont d’abord les miradors, ils y en avaient à l’Est pour nous surveiller et à l’Ouest pour les touristes. Ils étaient un symbole de pouvoir, leurs rôles étaient de faire peur aux gens, cela nous angoissait en effet. Le deuxième bâtiment qui m’a marqué étaitle point de contrôle Charlie qui était le symbole de tous les points frontières. On était attiré par ce lieu car c’était un endroit inaccessible et interdit.

[pic]
Le point de contrôle Charlie

[pic]
Les miradors

Pour vous, la RDA et la RFA étaient-elles très différentes ?
Heike : Bien sur, à l’Est la vie était plus difficile car nous n’étions pas libre et comme l’a souligné notre...
tracking img