Histoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1727 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’art de creer est une passion



C'est L'art que tout commence.

L’art n’est pas un moyen
D’améliorer mon quotidien,
L’art n’est pas une forme de fuite,
Que je prends et que je quitte.
Une lueur,qui s’est installée
Pour représenter mon future,mon présent, mon passé.

Après toutes ces intervention soudaine,
Je pensais qu’ elle m'était inexplicable,
Mais il me fallu peu depeine,
Pour réaliser que la vie est une fable.

Au début,
Juste un moyen d'extérioriser
ce qui était mauvais.
Au début,
Je trouvais des raisons a chaque malheur,
Même en hiver,je me plaignais de la chaleur.

Puis lorsque l'encre noir
est partit avec le désespoir,
J'ai attraper mon stylo vert
Et je me suis mise a faire des vers.

Tantôt noir,tantôt vert,tantôt rose
Ma vie avant tout çaétait blanche et sans prose.
Puis j'étais folle,du rose ,du rouge ,du bleu,
Je me suis demander,a quoi servaient les noeux.
La vie n'est pas lisse,
Il faut y penser,
Même si je suis devenu "peace"
Je sais où je vais.

La vie est une fleur
qu'il faut entretenir
Et si tu sens que ça tire
faut pas avoir peur

Laisses parler ton coeur,
Vis avec franchise,
Gard aux gourmandises,
Parfoisça éceur.

C'est une passion,
La vie,la vie !
C'est une passion,
Comme l'art,comme l'envie !

La nuit d’Octobre

L’homme est un apprenti , la douleur en est son maître.
Et nul ne se connaît ,tant qu’il n’a pas souffert
C’est une dure loi, mais une loi suprême
Vieille comme le monde et la fatalité;
Qu’il nous faut le malheur recevoir le baptême
Et qu’à ce triste prix,tout doit êtreacheté,
Les moissons pour mûrir ont besoin de rosée;
Pour vivre et pour sentir l’homme a besoin des pleurs;
La joie a pour symbole une plante brisée,
Humide encore de pluie et couverte de fleur.
Ne te disais-tu pas guéri de ta folie?
N’est tu pas jeune,heureux, partout le bienvenu?
Et ces plaisir léger qui font aimer la vie,
Si tu n’avais pleurer, quel cas en ferais-tu?
Lorsqu’au déclindu jour,assis sur la bruyère,
Avec un viel ami tu bois en liberté,
Dis moi, d’aussi bon cœur viderais-tu ton verre,
Si tu n’avais pas senti le prix de la gaîté?
Aimerais -tu les fleurs, les prés et la verdure,
Les sonnet de patrarque et le chant des oiseaux,
Michael- Ange et les arts, Shakespeare et la nature,
Si tu n’y retrouverais quelques anciens sanglots?
Comprendrais-tu des cieux,l’ineffable harmonie.

Le silence des nuit, les murmures des flots,
Si quelque part là-bas la fièvre et l’insomnie
Ne t’avaient fait songer à l’éternel repos?…
De quoi te plains-tu donc? L’immortelle espérance
S ‘este trempée en toi sous la main du malheur.
Pourquoi veux-tu haïr ta jeune expérience
Et détester un mal qui ta rendu meilleur?
Alfred de Musset ,poésies nouvelles, 1835-1841.Hémorragie d’un somnambule

Le poète vit d’or, de cendre et de silence,Étouffant dans la nuit le cri de ses passions,Pour écrire en un mot, douleur et confessionD’une âme tourmentée par l’éternelle absence.
Ses mains déchirent chairs, rivières et vengeances,D’un seul trait vacillant entre espoir et fissionComme un métal précieux dont la lente oppressionEngouffre ses sanglots dans un feu de démence.Le monde émasculé mastique ses vers fous,Empanachant ses jours de furieux dithyrambesOù trébuchent trochées, césures et grigous.
Adonc, s’éteint le vent, édenté et distant,Qui sépare les mots, que le poète enjambe,D’un pas rasséréné par la paix d’un instant.
Francis Etienne Sicard, 2009

Redemption Song

Old pirates, yes, they rob I;Sold I to the merchant ships,Minutes after they tookIFrom the bottomless pit.But my hand was made strongBy the 'and of the Almighty.We forward in this generationTriumphantly.Won't you help to singThese songs of freedom? -'Cause all I ever have:Redemption songs;Redemption songs.Emancipate yourselves from mental slavery;None but ourselves can free our minds.Have no fear for atomic energy,'Cause none of them can stop the time.How long shall they...
tracking img