Histoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2555 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La capitulation d'une armée française à Sedan, le 2 septembre 1870, et la captivité de l'empereur Napoléon III vont être fatal au Second Empire. Le 4 septembre, sous la pression d'un mouvement populaire parisien qui envahit le Corps législatif, les républicains jusque-là hésitants mettent à bas l'Empire et proclament la IIIe République à l'Hôtel de Ville. Le changement de régime en province sefait dans la douceur, exceptés dans certaines grandes villes comme Lyon ou Marseille où l'extrême gauche tente de s'emparer du pouvoir. A la suite de diverses tractations, un « gouvernement de la Défense nationale », en raison de l'invasion prussienne, se met en place, présidé par le général Trochu et dominé par les républicains modérés.Malgré une naissance difficile marquée par l'élection enfévrier 1871 d'une Assemblée nationale à majorité monarchiste, la IIIe République qui s'installe est le plus durable des régimes que la France ait connu depuis 1789. Ce résultat sera confirmé par la victoire des républicains lors de toutes les élections législatives entre 1876 et 1914.
La conquête de la République par les républicains (1870-1879)
Un régime encore incertainEn dépit d'une situationmilitaire désespérée, les français poursuivent les combats. De septembre 1870 à janvier 1871, Paris est l'objet d'un terrible siège marqué par la disette, de nombreux bombardements et un hiver rude. Le 18 janvier 1871, Guillaume Ier, roi de Prusse, est proclamé « empereur d'Allemagne » à Versailles. Dix jours plus tard, le gouvernement provisoire français sollicite un armistice pour négocier lesconditions de la paix.Bismarck demandant à traiter avec un gouvernement légitime, des élections se tiennent le 8 février 1871 dans une atmosphère dramatique et en l'absence d'une véritable campagne électorale. Tandis que les monarchistes, favorables à la paix avec la Prusse, arrivent à constituer des listes de large union tout en restant discrets sur la question du régime, les républicains, unis sur laquestion du régime, sont divisés sur la question de la Prusse.La victoire des monarchistes, traduisant l'aspiration profonde des Français à la paix, était prévisible. Ils l'emportent partout sauf dans les grandes villes, terres de la gauche, et dans l'Est. Au total, sur 675 élus, on compte environ 400 monarchistes (220 orléanistes et 180 légitimistes) et 250 républicains divisés entre radicaux etmodérés. Le 17 février 1871, Adolphe Thiers, fort d'une longue expérience et d'une grande popularité, est élu « chef du pouvoir exécutif de la République française ». Le 1er mars, les préliminaires de paix sont ratifiés et l'Alsace et une partie de la Lorraine, sont cédés à l'Allemagne.
L'échec d'une tentative de Restauration
La majorité monarchiste va commettre l'erreur de prendre ce qui estune circonstance exceptionnelle (l'invasion de la Prusse) pour une tendance profonde en songeant à une Restauration. Les monarchistes demandent au comte de Chambord de monter sur le trône. Celui-ci publie un manifeste le 5 juillet 1871 où il déclare sa fidélité au drapeau blanc. Il rejette le drapeau tricolore comme étant le drapeau des régicides. Des débats s'ensuivent au sein des monarchistes surla question du drapeau. Les monarchistes sont aussi divisés sur la forme du régime : si le groupe extrémiste des « Chevau-Légers », du nom de la rue où se trouve leur salle de réunion, entend restaurer la société de l'Ancien Régime, rejetant le libéralisme sous toutes ses formes, à l'opposé, les orléanistes restent attachés au libéralisme politique et économique. Finalement, la majorité décide dese donner le temps de la réflexion en maintenant le status quo.Le président de la République, Adolphe Thiers, s'il est originairement monarchiste, se convertit aux idées républicaines. Il finit par apparaître comme dangereux à la majorité et est renversé le 24 Mai 1873. Le jour même, le maréchal Mac-Mahon est élu président de la République.MacMahon, dès le 25 Mai, définit la politique que le...
tracking img