Histoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3141 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
FEUILLETON LUI ET MOI - CHRONOLOGIE - Du départ de Idrissa Seck de la Primature au non-lieu total |[pic] |[pic] |[pic] | |
|06-05-2009 |
|Séquences d’un «meurtre politique» avorté|
|Du départ de Idrissa Seck de la station primatorale, le 21 avril 2004 par le décret n°2004-560, à la décision, jeudi dernier de la |
|Commission d’instruction de la Haute Cour de Justice de décerner le non-lieu total dans l’affaire des Chantiers de Thiès, que d’actes et|
|d’images refluent aujourd’hui dans les mémoires ayant suivi ce long feuilleton politico-judiciaire qui a fini eneau de boudin ! Sans |
|prétendre à l’exhaustivité, nous revenons ici sur la chronologie d’une affaire politique soldée politiquement, avec ses clartés, mais |
|aussi ses zones d’ombre. |
|Par Soro DIOP|
|Le 21 avril 2004 : épilogue d’une longue dualité au sommet de l’Etat, sur fond d’un pourrissement des relations entre le Président Wade |
|et son Premier ministre Idrissa Seck qui quitte finalement la Primature à la faveur du décret n°2004-560. Les deux hommes et leur cercle|
|de feu respectif s’observent alors comme des fauves guettant la moindreerreur dans l’autre camp. Avec le recul, on peut mieux examiner |
|aujourd’hui comment s’est mise en place une stratégie pour solder la dualité au sommet à l’autel. Ousmane Ngom, alors conseiller du |
|président de la République, envoie le signal, cinq jours après la défenestration de Idrissa Seck. Ce qui sera par la suite l’affaire des|
|chantiers de Thiès suinte à travers les accusationsde M. Ngom et fait siffler un vent d’une arrestation comme programmée (lire |
|ailleurs). |
|Presque un an durant, de son départ de la primature en juillet 2005, l’ancien Pm, malgré les foudres de «la presse du Palais», se |
|réfugie dans un mutisme, toutcomme d’ailleurs le Président Wade. Les deux hommes s’épient… |
|Le fleuve tranquille des relations tendues entre le Président Wade et son désormais ex-Pm s’agite le 18 mai 2005, lorsqu’une bande de |
|gens déverse sur la demeure de Idrissa Seck, au Point E des œufs, des tripes pourries et autres saletés. Deux parmi les auteurs de ce |
|«badigeonnagenauséabonde» sont arrêtés et indexent Farba Senghor comme étant le commanditaire de l’«expédition punitive». Cette affaire|
|ne fera l’objet d’aucune poursuite judiciaire. |
|Deux jours après, c’est le Président Wade himself qui annonce la couleur, même s’il ne désigne pas nommément Idrissa Seck. Cejour-là, à|
|l’occasion de l’inauguration des Ciments du Sahel, Me Wade s’en prend à celui qui a envoyé des jeunes à Thiès pour jeter des pierres à |
|des membres du gouvernement. Non sans rappeler que lui, du temps où il était dans l’opposition, «il n’a jamais fait jeter des pierres», |
|«n’a jamais fait de manifestation ou de défilé sans être au premier rang».      |
|Le président de la République sort de l’affût, le 5 juin 2005 à travers le magazine Jeune Afrique n°2317 et fait plus nettement cas d’un|
|déboursement de 40 milliards au lieu des 25 suggérés par Idrissa Seck. Il impute à ce dernier un «écart» ayant endetté l’Etat à cause |
|d’engagements des ressources pour les exercices budgétaires 2005 et 2006. L’offensive...
tracking img