Incendies, de wajdi mouawad

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1085 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Incendies de Wajdi Mouawad
En 2003, paraissait Incendies de Wajdi Mouawad. Considéré dans l’époque contemporaine, Incendies se démarque par sa réalité frappante dans le théâtre migrant de la postmodernité contemporaine. Mettant en scène des personnages déchirés par la douleur et l’incompréhension de leur triste histoire. Ils chercheront à travers les cruelles vérités, les réponses à leursquestions. Alors peut-on affirmer que la quête de Nawal n’est pas seulement de retrouver son fils? D’après toutes les quêtes présentent, je peux dire que Nawal ne veut pas seulement retrouver son fils. Les personnages devront commencer par une quête de leurs origines qui leurs feront découvrir une séries de malheurs et de violences qui se succèdent de par la quête principale de Nawal, qui est deretrouver son fils. Mais pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient.
Tout d’abord, il est affirmatif que Nawal recherche intensément son fils. On peut sentir la douleur et l’incompréhension dès le départ. La quête des origines commence par le testament de Nawal, divulguant à ses enfants l’existence d’un père et d’un frère, les entrainant dans le pays natal de leur mère, à la recherche desréponses sur l’histoire de celle-ci. Cette quête est remarquable lorsque Nawal apprend à ses enfants qu’elle leur a menti sur leur conception et leur naissance et qu’il est maintenant temps de briser le silence par l’exécution de ses dernières volontés : «Jeanne, cette enveloppe n’est pas pour toi, elle est destinée à ton père… Simon, cette enveloppe n’est pas pour toi, elle est destinée à tonfrère…lorsque les enveloppes seront remises à leur destinataire, le silence sera brisé.» De plus, le retour dans le passé, l’auteur apporte une plus grande étendue de l’histoire. La guerre qui éclate sans bonnes raisons au Liban et Nawal toujours en quête de son fils qu’on lui a prit,  parmi les morts et les vivants: «-Je le trouverai. On me l’a pris! Je ne l’ai pas donné. –Les enfants sont partis,allez voir dans les camps. Au sud. Mais attention, il y aura des représailles dans les camps à cause des enfants enlevés.» Par ces énigmes qu’elle veut comprendre, Jeanne part au Liban sur les traces de sa mère à la recherche de son père.
Par contre, toute cette série de malheurs et de violences s’est succédé par la promesse faite à la naissance de son premier fils, le retrouver. Elle fonce têtebaissée par amour pour lui sans même savoir s’il est encore en vie. Avec l’aide de Sawda. Elles cherchent et mettent des idées dans la tête des gens afin de rétablir la paix un jour dans leur pays en utilisant le journal et des écritures. Mais les miliciens ne sont pas du même avis, ils les cherchent et sont sans pitié pour personne qui les entravent : « -Ils nous cherchent Nawal!...ils ont égorgétoute sa famille. Sa fille ainée, ils l’ont violée et brulée vive parce qu’ils ne nous ont pas trouvé!». Afin de vouloir mettre un terme à toute cette horreur, Nawal tue le chef des milices et fait trembler le pays au complet. Une fois emprisonnée, elle devient la femme qui chante en souvenir de son amie Sawda et pour étouffer les tortures infligées par Abou Tarek, le bourreau de la prison :«-Les nuits où Abou Tarek la violait, leurs voix se confondaient… À force, elle est tombée enceinte.». C’est à cette étape que Jeanne découvre l’origine de sa naissance, par le paysan nommé Malak que le gardien avait parlé à Jeanne. Simon rejoint sa sœur avec le notaire pour trouver aussi des réponses sur le silence de sa mère. Il s’aventure donc dans la quête du frère qui s’appelait Nihad. Connaissantmaintenant le nom du père, Abou Tarek, il apprend que Nihad est Abou Tarek! Lors de sa sentence, Nawal n’a pas reconnue son fils, qui, lui non plus n’a pas reconnu sa mère. Malgré leur quête un envers l’autre, les enfants étaient le seul véritable lien qui les réunissaient, la beauté et l’horreur réunis en un seul morceau.
Troisièmement, le proverbe «pour savoir où l’on va, il faut savoir...
tracking img