Indignez-moi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1005 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Critique de livre

Indignez-vous, Stephane HESSEL

Ce « livre », quatorze pages de texte, constitue une belle application du syndrome des moutons de Panurge. « Mon voisin l’a acheté, je vais faire de même, ainsi je brillerai en société ». J’ai été victime de ce syndrome mais j’en suis arrivé à cette belle conclusion : « Monsieur Hessel, je m’indigne »
Je m’indigne contre votre propos presquepro-terroriste qui constitue un non-sens à votre volonté de non-violence. « Est-ce que cela sert le Hamas d’envoyer des rockets sur la ville de Sdérat ? La réponse est non. Mais on peut expliquer ce geste par l’exaspération des gazaouis. » OU « Je pense bien évidemment que le terrorisme est inacceptable […]Mais la réaction populaire ne peut pas être que non-violente. ». Dois-je rappeler, du hautde mes 17 ans que le Hamas a comme premier point de son programme : « La destruction de l’Etat d’Israël et l’instauration d’un Etat islamique basé sur la Charia ». D.e.s.t.r.u.c.t.i.o.n, la résistance c’est beau, mais soutenir une organisation dont l’interprétation du Coran exige l’extermination des infidèles et la lapidation, ça l’est moins. C’est vrai que Jean Moulin a commis des attentatsterrosristes pour libérer la France mais le motif est il valable ici ? La bande de Gaza, pauvres opprimés, qui a mis fin aux accords d’Oslo ? A part ça, Israël est le seul responsable de la guerre ? C’est clair que sa position est très déplorable mais l’Etat d’Israël ne vaut-il pas mieux qu’une théocratie ?
D’ailleurs, je m’indigne contre le manichéisme général de ce texte. Ne devons-nous pas, avantde s’indigner de tout, faire un peu la part des choses. Pour Mr. Hessel, non ! Tout est bon ou mauvais : les méchants banquiers, ministre, Israëliens, etc… L’ouverture d’esprit de Stephane Hessel laisse à désirer, pour lui, tous les banquiers sont mauvais, tous les ministres sont des nantis, tous les Israéliens sont des anti-Palestiniens. Et quoi, L’Allemand est rigoureux, le Portugais poilu, leChinois raciste et le juif avare aussi ?
Je m’indigne face au pessimisme ambiant de cette « révolte ». « L’histoire va de catastrophe en catastrophe » telle est la thèse qu’il soutient. C’est vrai que depuis 1945, aucune amélioration n’a eut lieu. Mandela, Luter King, catastrophes ? C’est vrai la route est longue jusqu’à une utopie à la Thomas More. Ce n’est pas pour autant qu’il faille dévalorisertoutes les avancées qui ont été faites en matière de droits de l’homme. Aucun idéal, aucune proposition juste de la dénonciation.
Je m’indigne avec cela contre la démagogie qu’empeste ce livre. Hessel dit ce qu’il est facile à entendre. Effectivement, expliquer que tout n’est pas si simple, ça aurait pris plus de 20 pages. Dès lors, le succès du livre en aurait pris un coup. Stephane Hesselécrit un livre pour « Salauds et « Lâches » (puisqu’il aime tant Sartre) qui se sentent animé par ce sentiment que ce démagogue de première éveille si facilement. Demandez à n’importe qui si la société d’aujourd’hui est bonne, il vous répondra que non. La moitié des gens qui ont été touché par ce livre auraient certainement été touché par Mein Kampf. Mais MonsiEur Hessel a été un politicien, il a faitpartie de cette classe dont il caractérise les acteurs comme des nantis. « 93 ans. La fin n’est plus bien loin. Quelle chance de pouvoir profiter pour rappeler ce qui a servi de socle à mon engagement politique » 93,qu’il est bien tard pour s’indigner alors que Hessel en avait l’occasion quand il était ambassadeur, qu’il aurait pu faire du bruit avant. Mais non, Stephane Hessel nous dit que c’estsi beau ce qu’ils avaient fait avant et que le progrès a tout gaché. Réac !
Je m’indigne de l’anti-progrès puant et caduque dont fait preuve Hessel. « Madame Nostalgie depuis le temps que tu radotes » ! Hessel s’indigne de « L’outrance de tous pour tous », c’est vrai qu’en 42 c’était mieux, une étoile jaune pour les juifs, une rose pour les homosexuels, etc… Et puis l’apartheid c’était...
tracking img