Intelligente

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (357 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le luxe est-il considéré comme un bienfait ou comme un méfait de la civilisation ?

Pour Montesquieu, le luxe est un méfait de la civilisation. De part sa fiction, Il recourt à l’argumentationindirecte pour convaincre le lecteur.
Montesquieu exprime son point de vu par l’intermédiaire De Usbek face au rapport des francais à la richesse, au luxe . Il critique Paris , «  ville du monde laplus sensuelle ,et où l’on raffine le plus sur les plaisirs » ( l11) hyperbole contre balancée par l’antithèse « où l’on mène une vie plus dure »(l12) . En effet , Montesquieu souligne « l’ardeur pourle travail », la société « qui travaille sans cesse » pour satisfaire le besoin imminent du luxe, « cette passion de s’enrichir » . Il oppose donc la riche société du « luxe » « homme » ou« femme » à une société «  d’artisans », plus « pauvre » , comme nous le montre l’expression «  pour qu’un homme vive délicieusement , il faut que cent autres travaillent sans relâche ».
Pour Montesqieu, le« luxe » n’est synonyme que « de travail et qu’industrie » .

Dans cet extrait du Discours sur les sciences et les arts , Le philosophe Jean Jacques Rousseau met en place un raisonnement déductif pourconvaincre le lecteur. Cette stratégie argumentative très énumérative confirme la nuisance du luxe à la civilisation.
En Effet, Son développement débute dès la ligne 1 par l’expression «  le luxe estné de l’oisiveté et de la vanité des hommes », soulignant l’origine désarrois de celui-ci suivie de la question rhétorique antithétique opposant deux visions concernant le luxe ( l5-6) .
Il énumèrepar la suite différentes civilisations antiques telles «  monarchie de Cyrus » «  Les Scythes » «  les francs » « les saxons » dont la «  la force , le courage » ont fait d’elles de grandes puissancesmondiales . Il oppose donc à ses « empires » sa société actuelle dépendante du luxe dont les politiques «  ne parlent que de commerce et d’argent ».
Le dernier paragraphe composé de...