Introduction historique au droit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 98 (24351 mots )
  • Téléchargement(s) : 1
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction historique au droit.


Il s’agit de considérer que le droit n’est pas une invention des juristes actuels, il s’inscrit dans une histoire, il a des sources ancrées dans le passé et est appelé à évoluer. Mais ce n’est pas un phénomène récent, il connaît des évolutions tous les jours. Le droit tend à répondre coup par coup à des questions de société. Dans ce cours on va démontrerqu’il est le fruit d’évolutions qui ne sont pas continues, il est héritier de l’histoire. Toute société connaît le droit, d’après la formule latine : «  Ubi societas ibi jus » il n’y a pas de société sans droit. L’intérêt ici est d’arriver à réfléchir sur des faits actuels, sur des événements de plus en plus rapides car l’information évolue. Cette accélération de l’information à tendance à ne plusnous laisser réfléchir sur des questions. L’intérêt de l’histoire c’est de nous permettre d’avoir du temps pour la réflexion. Dans ce cours nous allons essayer de définir les caractéristiques des systèmes juridiques, de voir comment ils ont évolué, de comprendre qu’elle en est la finalité. Ceci nous amènera avant tout à dire que le droit est un phénomène social (issue de la société). Affirmer celac’est contredire la philosophie ancienne du droit car dans les systèmes anciens le droit vient de Dieu. Il s’agit donc de définir le droit, d’en donner ses caractères, et de déterminer ses éléments d’évolution.

* définition : Du point de vue étymologique, le droit vient du latin « directus » ce mot évolue ensuite en vieux français « destre » ( ce qui est à droite), on a ensuite plusieurs motsqui sont utilisés comme « jus » chez les romains qui nous donne toute les déclinaisons (justice…). Chez les grecques on utilise « nomos » (la norme).
Le droit est une construction intellectuelle de l’esprit, il ne ressort pas de l’observation de la nature, à partir de là si ce n’est pas une donnée de la matière, il n’y a pas de définition unique, chaque individu est à même de donner sa définitionsubjective du mot.
Le droit est l’ensemble des règles qui ordonnent les intérêts des hommes dans leurs rapports sociaux. Sur ces rapports des hommes en sociétés, il y a globalement deux types de rapports : tout d’abord des rapports d’ordre économique afin de produire des richesses qui s’échangeront, c’est l’objet des sciences économiques une branche des sciences sociales. Le deuxième type derapport c’est le rapport d’ordre juridique et/ou institutionnel. Ces rapports sont tout de même de deux ordres, ce sont soit des rapports privés (homme à homme), soit ce sont des rapports publics (homme à institutions). Les rapports personnels intègrent tout d’abord les rapports au sein de la famille, ou bien ce sont des rapports qui naissent de contrat que les individus passent entre eux. Cesrapports s’expriment dans des institutions privées. On va voir que ces rapports sont chronologiquement les premiers, ils précèdent les rapports d’institution publique. On peut relever déjà qu’il y a un ordre chronologique, même en l’absence d’institutions publiques (pouvoirs), il existe des rapports de droit privés. Ensuite nous avons les rapports du droit public, on franchit un stade supérieur, onconstate que l’homme vit au sein de communautés sociales et politiques, ces dernières disposent d’institutions publiques. D’après Aristote, les hommes ne sont pas faits pour vivre isolément mais pour vivre ensemble. Il est dans la nature humaine de se constituer en société. Aristote voit trois étapes dans la formation des sociétés : la famille car il est naturel pour les parents d’élever leurprogéniture, le regroupement de plusieurs familles afin de constituer un village, puis troisième étape la constitution de la cité «  polis » qui est l’idéal de communauté. Pour Platon et pour les grecques, il est naturel pour les hommes de construire une cité. Les caractéristiques sont celles de l’Etat : tout d’abord il faut un territoire, ensuite une population et enfin des institutions publiques...
tracking img