Jaccottet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 256 (63956 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Université de Paris IV - Sorbonne

******

Mémoire de Maîtrise

Lumière et ténèbres

dans

Airs et Leçons

de

Philippe Jaccottet

Directeur de Maîtrise : M.C.Bancquart

Recherche réalisée par Pierre Muller

"rien qu'une voix qui volerait chantant

à travers l'ombre et la lumière"[1]

TABLE DES MATIERES

Introductionp 4

I- La tentation d'un paradis

a) les passages d'un autre monde p. 8

b) Une lumière d'incendie p. 25

c) Lumière de l'idylle, lumière de l'âge d'or p. 38

d) La nostalgie de la nuit p. 48

II- "Une goutte de cette lumière pour l'enfer humain"

a) Lumière blessée, ombre glacéep. 65

b) La clarté dans l'abîme p. 78

c) la lumière des larmes p. 92

III- Le clair-obscur du tragique ou le limpide haïku

a) un mythe de la transparence p. 101

b) Lumière et ombre: "par les montagnes des images" p. 118

Conclusion p.137

Bibliographie p.140

Annexe p.144Table des matières détaillée p.147
INTRODUCTION

Philippe Jaccottet se place loin du collage explosif du sexe et de l'inconscient. Il ne revendique pas comme Jouve la triade de la sexualité, de la catastrophe et de la spiritualité. Avec Philippe Jaccottet, l'humanité n'est plus directement ensorcelée par son propre théâtre et par la violence de son histoire. Il ne s'agit pasd'une poésie de la révolte ou du délire. Au moment de la faillite de l'humanisme et des valeurs universelles, notre poète se tourne vers ce qui est le moins douteux: la nature.

Une recherche de nouvelles valeurs partira des sensations et des perceptions que procure le contact avec un paysage, avec les éléments d'un paysage. Le poète tentera de trouver un rapport immédiat et spontané avec ce quis'offre à sa vue. Le poème se subordonne à un regard respectueux de la chose vue. Cependant, il ne s'agit pas, pour cette poésie du regard, de ne se consacrer qu'à la description. Les jeux de la lumière et de l'ombre engendrent le sentiment d'une présence énigmatique du monde. Les instants ou les choses les plus simples peuvent ainsi attirer le regard du poète, qui s'étonne: "c'est encore une énigmeà l'horizon, une merveille qui nous accompagne tous les jours et semble souhaiter d'être comprise"[2]. L'oeil a pour tâche d'interroger l'énigme du visible.

C'est la changeante configuration des lumières et des ombres qui rend manifeste cette énigme et qui suscite le sentiment que "le monde n'est pas ce que nous croyons qu'il est"[3]. Soumise aux incitation premières des variations du clairet de l'obscur, la vue peut devenir vision et déboucher sur une expérience du sens. La lumière et l'ombre peuvent ainsi être vécues comme la source d'une relation nouvelle au monde. Nous pouvons retrouver et comprendre l'intensité de celle-ci dans ces paroles d'Albert Béguin: "Fiat Lux! C'est là qu'est ressentie pour la première fois la présence des choses, le choc bouleversant ressenti par lapremière créature, au premier jaillissement de la lumière : soudain les choses sont là, toutes neuves, toutes chargées de leur pleine signification, ainsi qu'elles ne nous apparaissent plus que dans des instants privilégiés: ainsi qu'elles se montrent au poète"[4]. Ph. Jaccottet sait recueillir ces instants privilégiés de la lumière surgissant dans l'obscurité. Au-delà d'une participation à unelumière et à une ombre vécues comme des réalités élémentaires, se dessine l'entreprise d'un déchiffrement qui en fait des signes. L'étonnement du poète se transforme en une relation interrogative avec le monde. Le spectacle des rapports de l'ombre et de la lumière livre à la fois la présence des choses et leur charge de sens, à la fois l'objet sensible et ce qui est au-delà du sensible. Ombre et...
tracking img