Jean de la fontaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2685 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DOSSIER n°1 :
Jean de La Fontaine

I : La Fontaine ; un auteur dans son siècle

Jean de La Fontaine est né en 1621 à Château-Thierry en Champagne, dans une famille relativement aisée ; son père est « maître triennal des Eaux et Forêts du duché de Château-Thierry », et son frère en voie de devenir prêtre.
D’abord tenté par l’Eglise puis le droit, il se lance vers 1654, poussé par ses amis,dans la carrière littéraire avec une adaptation en vers d’une comédie de Térence, mais sans grand succès.
De 1658 à 1661, il devient le protégé du riche ministre des finances Fouquet qui le reçoit dans son château et le pensionne. Mais l’arrestation de Fouquet en Septembre 1661 sur l’ordre de Louis XIV conduisit La Fontaine à s’exiler quelques mois à Limoges, pour avoir pris la défense de son ami.En 1664, il découvre une protectrice, la duchesse d’Orléans, qui le nourrit et le loge au palais du Luxembourg (le Sénat actuel).
Il se lie par la suite d’amitié avec Boileau, Molière et Racine.

Il se lance dans 4 directions poétiques ; _grivoise, avec « Les Contes »
_religieuse, avec « Les Poésie Chrétiennes »_mythologique, avec « Les amours de Psyché et
Cupidon »
_moraliste, avec ses « Fables »
Ses fables ont un vif succès mais le duc de Bouillon lui rachète ses charges en 1671.

Page 1
Après le décès de sa protectricedébut de 1672, il devient alors le protégé de Mme de la Sablière.
Libéré de tout souci matériel, il publie de nombreuses œuvres poétiques ou théâtrales dans tous les genres qui lui valent d’être reçu à l’Académie Française en 1683.
Il mène une vie joyeuse entouré d’amis libertins comme les Vendôme, les Conti, les d’Hervart et devient même le vieil amant d’une jeune et jolie suédoise, MmeUlrich.
Il publie en Septembre 1693 le livre XII des Fables, le dernier, et meurt peu de temps après, le 13 Avril 1693 à l’âge de 74 ans.

La Fontaine s’inspire largement de ses devanciers, d’abord d’Esope et de Phèdre, puis de Pilpay. Il n’hésite pas dans certains passages à reprendre des vers de Virgile, de Horace, ou encore de Sénèque. Ce « pillage » est toutefois hautement revendiqué ; en bonclassique, La Fontaine défend la théorie de l’imitation, qui consiste à adapter en français les chefs-d’œuvre antiques.
Le fabuliste puise parfois dans l’actualité mais surtout, il adapte le genre à son propre talent, renouvelant ainsi la tradition par la diversité et la liberté. Au niveau de la structure, il joue davantage avec la moralité ; Esope la plaçait toujours à la fin, Phèdre latransportait parfois au début, La Fontaine lui, la met avec plus de variété, parfois l’oublie quand elle est évidente, ou l’exprime plusieurs fois.
Mais la plus grande qualité de ce poète réside dans l’art de la versification, car la liberté dans ce domaine exige une grande maîtrise, encore peu recherchée à son époque.

Page 2
II : Les illustrations de La Fontaine

Les fables de La Fontaine ont étéillustrées par plusieurs artistes ; des illustrateurs de son époque, à d’autres plus contemporains. Les dates des illustrations par ces différents illustrateurs s’échelonnent du XVII ème au XX ème siècles, ce qui prouve que les fables de La Fontaine vivent à travers le temps, et continuent de fasciner même plusieurs siècles après leur première parution.

_ Jean-Baptiste Oudry :

Jean-BaptisteOudry est né à Paris 17 mars 1686. Il fut élève du peintre Michel Serre en 1704, et commença vers 1707 un apprentissage de cinq ans chez le portraitiste Nicolas de Largillierre .
Oudry a laissé un grand nombre de dessins. Les plus connus sont les 275 dessins qui servirent à l’édition dite des Fermiers généraux] et les Fables de La Fontaine, gravées par Cochin.

_ Gustave Doré :
Gustave Doré est...
tracking img