Jean Tardieu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (863 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 décembre 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Il a travaillé aux Musées Nationaux, a Hachette et après la guerre à la Radiodiffusion française. Il devient traducteur de Goethe et de Hölderlin, il reçoit le Grand Prix de littérature de la Sociétédes Gens de Lettres en 1986, après le Grand Prix de poésie de l'Académie française en 1972.
Difficilement classable, poète avant tout et surtout, il écrit aussi pour le théâtre et travaille à laradio pendant une vingtaine d'années.
Il remet en jeu les conventions des genres et tente des expériences à propos du langage poétique et de sa relation avec le langage de tous les jours.
Jean Tardieusait aussi utiliser la poésie comme un art engagé comme le montre le poème Oradour, publié dans le dernier numéro clandestin des Lettres françaises en août 1944.
Son livre On vient chercher MonsieurJean retrace de façon vagabonde des souvenirs en relation avec sa vocation d'écrivain, dont les signes avant-coureurs se perçoivent dès l'enfance. Il est une bonne introduction à l'univers del'auteur, à la fois par l'évocation de son environnement spatial (Paris, essentiellement) et temporel, par celui de ses rencontres significatives, et par ses réflexions très fines sur sa démarche personnellede création.
Il meurt à l'âge de 92 ans.Il a travaillé aux Musées Nationaux, a Hachette et après la guerre à la Radiodiffusion française. Il devient traducteur de Goethe et de Hölderlin, il reçoitle Grand Prix de littérature de la Société des Gens de Lettres en 1986, après le Grand Prix de poésie de l'Académie française en 1972.
Difficilement classable, poète avant tout et surtout, il écritaussi pour le théâtre et travaille à la radio pendant une vingtaine d'années.
Il remet en jeu les conventions des genres et tente des expériences à propos du langage poétique et de sa relation avec lelangage de tous les jours.
Jean Tardieu sait aussi utiliser la poésie comme un art engagé comme le montre le poème Oradour, publié dans le dernier numéro clandestin des Lettres françaises en août...
tracking img