Kant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1180 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

L'homme est tiraillé entre deux forces contraires: une qui le fait obéir aux nécessités naturelles comme les besoins et les désirs auxquelles il ne semblent pas pouvoir résister; et une autre qui fait intervenir sa réflexion, sa conscience et sa liberté, qui lui permet d'être à l'origine de ses actes. Entre ces deux forces contraires qui le rendent alternativement passif ou actif,l'homme semble hésiter. c'est ainsi qu'il peut faire référence à la force irrésistible des impulsions naturelles pour se laver de toute accusation, vis-à-vis d'une faute commise. Mais peut-il faire taire sa conscience ? N'y a t-il pas toujours en lui une force contraire qui l'oblige à se sentir responsable de ce qu'il a fait, quelles que soient les circonstances ?
1. La nature libre de l'hommeA°La possibilité d'une action involontaire réfutée
Kant veut montrer dans ce texte qu'il est impossible d'échapper aux exigences de la conscience car celle-ci est constitutive de notre nature d'être humain, et il s'agit de montrer que notre véritable nature n'est pas d'obéir aux nécessités naturelles, mais bien au contraire d'exercer notre liberté pour y faire face. En effet, il arrive souventpour celui qui revient sur son existence passée de découvrir des actions illégitimes pour lesquels il cherche à se déclarer innocent. Ses excuses, il les trouve dans le domaine des nécessités naturelles. L'idée de nécessité naturelle entraîne le caractère irrésistible de ses influences. Les fautes commises ne seraient alors dues qu'aux négligences auxquelles nous poussent ces forces naturelles.C'est contre cet appel à la force des nécessités naturelles que Kant veut s'en prendre ici.

B°La présence constante de notre liberté et de notre conscience
Ce qui rend impossible ce renvoi aux nécessités naturelles, c'est le caractère intérieur de cette conscience. La conscience, qui m'assure de mon ego et de moi même comme centre de référence, ne dépend absolument pas de ce qui pourraitl'affecter de l'extérieur. Ainsi, celui qui dispose pleinement de cette conscience, et qui n'est pas atteint dans ses facultés mentales, autrement dit s'il est dans son bon sens, ne peut trouver des excuses dans une action involontaire car sa volonté dépend entièrement de la conscience. Cette volonté lui permettra d'être autonome et donc d'être libre. Celui qui prétend ne pas pouvoir écouter saconscience ou sa volonté, alors qu'il en dispose entièrement, est quelqu'un qui se donne des excuses illégitimes, et qui refuse d'être libre. C'est à sa véritable nature d'être libre, que sa conscience lui octroie, que cet homme cherche à échapper, dans l'excuse qu'il se donne de ne pas pouvoir dire non à certaines sollicitations, c'est à dire de ne pas pouvoir choisir.
Kant a voulu montrer, dans cettepremière partie du texte, combien il est facile mais non justifié, de se donner de fausses excuses. L'homme est toujours libre("Je peux parce que je veux"dit Kant) et c'est pourquoi il est toujours responsable des ses actions, pour peu qu'il accepte sa nature d'être libre, comme l'auteur va le montrer par la suite.
2.L'exercice inévitable de notre liberté et de notre conscience

A° Lafaute,fruit d'une conséquence naturelle ?
L'argument principal de ceux qui refusent de faire intervenir leurs capacités d'hommes libres revient toujours à mettre l'accent sur le caractère naturel des motifs de nos actions. Pour eux, il faut montrer que l(homme obéit à des nécessités qui fonctionnent de manière déterministe, selon un enchainement de causes et d'effets. Ainsi, une faute commise ne seraitqu'une conséquence, un effet d'une cause nécessaire. L'homme serait impuissant, car la nature à laquelle il obéirait ne pourrait se modifier, et serait donnée dès le départ. L'"explication" reviendrait ici à montrer le progrès continu, par petites touches, de la contraction de mauvaises habitudes, comme si la nature finissait toujours par faire respecter ses lois, dont le caractère insensible...
tracking img