Korczak

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3665 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
( 1. Qui est Janusz Korczak ?

C’est le 22 juillet 1878(ou 1879) que Janusz Korczak ( Henryk Goldszmit de son vrai nom), vint au monde en Pologne au sein d’une famille bourgeoise juive.
A la mort de son père, suite à un long internement dans un hôpital psychiatrique, Henryk alors âgé de 17ans, donne des leçons particulières pour poursuivre ses études et pour subvenir aux besoins de safamille. A 19 ans, il entre en faculté de médecine. Etudiant, il travaille dans les bibliothèques gratuites pour enfants et adolescents et lie des amitiés dans les rues les plus pauvres de Varsovie. Des 1900, il aide à organiser les premières colonies de vacances du prolétariat, une idée révolutionnaire pour l'époque. Pédiatre de formation, il suit une formation de psychopédagogie. Janusz Korczak devientalors, d'une part professeur à l'université et à l'institut de pédagogie spécialisée et d'autre part, fondateur et directeur de « la maison de l'Orphelin » pour enfants juifs ainsi que directeur pédagogique de l'orphelinat « notre foyer ». Pour Korczak, l'enfant est un être humain à part entière ; il existe et a des droits. Korczak, de son vivant, fut très populaire à Varsovie et cela grâce à la« petite revue », journal d'enfants qu'il créa en 1926, il fut également animateur d’une émission de radio « le vieux docteur vous parle ».En 1939, l’Allemagne nazie et sa politique antisémite annexe la Pologne et le contraint lui, ses enfants et ses éducateurs à rejoindre le ghetto juif de Varsovie. Il connut ainsi l'exclusion. Dès ce moment, sentant qu'il mettait en péril l'équilibre desenfants et des éducateurs de l’orphelinat, il démissionna de ses fonctions. En 1941, l'orphelinat juif déménagea à l'intérieur du ghetto de Varsovie et Korczak garda la direction. En août 1942, avec les deux cents enfants de l'orphelinat et tous les éducateurs, Janusz Korczak fut déporté vers les camps de concentration. « Le vieux docteur » Korczak est mort à Treblinka en 1942 avec les 200 enfants del’orphelinat qu’il dirigeait à Varsovie.

( 2. Sa pédagogie

Le programme pédagogique de Korczak repose sur l'idée qu'il faut pleinement comprendre les enfants, qu'il faut pénétrer dans leur monde et saisir leur psychologie, mais qu'il faut avant tout et surtout les respecter et les aimer, c'est-à-dire les traiter en fait comme des partenaires et des amis. Pour reprendre ses propres termes : « Lesenfants ne sont pas de futures personnes ; ce sont déjà des personnes...  Les enfants sont des êtres dont l'âme contient les germes de toutes les pensées et de toutes les émotions qui nous animent. La croissance de ces germes doit être guidée en douceur. »
L'idée que les enfants ne diffèrent que très peu des adultes imprègne presque toute l'activité de Korczak. Il traitait chaque enfantcomme on doit traiter un adulte dont on respecte les pensées et les sentiments. Il avait coutume d'affirmer que la principale différence entre les enfants et les adultes se situe dans le domaine des émotions, et qu'il fallait par conséquent étudier ce domaine et se mettre en mesure de partager les émotions des enfants.
Aux conceptions déjà citées sur la condition sociale de l'enfant, il fautajouter celles concernant la nécessité d'introduire de nouvelles méthodes d'enseignement dans les écoles. Korczak était opposé à l'enseignement dans les écoles. il était aussi opposé à la séparation entre l'école et la vie, et à un formalisme excessif dans les rapports entre maîtres et élèves. Il réclamait la création d'écoles que les enfants aimeraient, où ils pourraient étudier des sujets à lafois intéressants et utiles et qui développeraient des relations harmonieuses entre les enseignants et eux. Il soulignait la nécessité de créer un système éducatif globalisant, fondé sur une coopération entre l'école, la famille et diverses institutions sociales.
Il ne fait aucun doute que ces idées dérivaient en partie de la pédagogie de l'éducation nouvelle, mais qu'elles étaient...
tracking img