La commercialisation du sucre reunionnais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5731 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Depuis les années 1507 après son importation, le colon se débrouillé pour se procurer des plants de canne à sucre, mais pas pour le sucre, il ne maitrise pas encore le procédé de fabrication mais plutot pour faire de la « raque » ou du « Flangourin », les deux noms désignant le rhum clandestin de Bourbon.
Le 9 juillet 1810, les troupes britanniques, s’emparent de la Réunion.L’un des apports de la domination britannique fut l’introduction de la canne à sucre, qui ne tarda pas à supplanter les cultures vivrières. Depuis les guerres napoléoniennes, la France perdu sa principale ile à sucre, Saint Domingue. La culture de la betterave sucrière n’a pas donné de résultats foudroyants en Hexagone. La canne, devient donc le nouvel « or vert » de Bourbon.
Les premièresdistilleries sucrières apparaissent à partir de 1815. Elles ont l’œuvre de Charles Panon Desbassyns et situaient au Chaudron et à la Rivière des pluies. Son frère lui, s’attache à l’amélioration des procédés de culture. Sa sucrerie servira de laboratoire au développement de la canne et du sucre à Bourbon. C’est en 1817 que la première distillerie à vapeur fait son entrée sur l’ile, au Chaudron. La culturede la canne à sucre est une activité agricole traditionnelle de l’île de Bourbon, devenue aujourd’hui ile de la Réunion. Elle fournit à l’agriculture locale, et plus généralement à l’économie réunionnaise, le premier produit d’exportation, le sucre de canne.
La filière sucrière a dut faire face régulièrement à des crises qui ont marqué son histoire. Des 13 usines encore en place à la fin de lapremière crise, il n’en reste plus que 2 unités, celle de Bois rouge dans le Nord et celle du Gol dans le Sud, toujours en quête de rentabilité, elles triturent chaque année environ 1 million de tonnes , soit 1,9 millions en 2009.
En vain, la production sucrière est favorisée par les soutiens de l’Europe, au même titre que les productions agricoles de l’Europe continentale qui était auparavant unconcurrent de taille pour la Réunion mais après la seconde Guerre Mondiale, les plantations de sucre de betterave sont ravagés et s’est ce qui relancé l’industrie sucrière réunionnaise.

I/Quels moyens utilisent les usines pour être compétitives ?
A/Etudions les usines

1) Schéma de la fabrication du sucre
Le schéma ci-dessous représente le processus de fabrication, du sucre à partir debetterave sucrière. Pour le traitement des cannes à sucre, la démarche est identique sauf en ce qui concerne les premières étapes (jusqu'au coupe-racine).
Processus de fabrication du sucre

Une tonne de canne à sucre = 115kg de sucre
Une tonne de betterave = 135kg de sucre

Les étapes de transformation spécifiques au sucre de canne
Une fois les cannes arrivées à l'usine, elles doivent êtretraitées immédiatement (maximum : une demi-journée après la coupe) afin de ne pas perdre trop de leur teneur en sacharose. En effet, plus le temps entre la récolte et le traitement est long, plus le rendement en sucre est faible. Les cannes sont coupées en tronçons à l'aide de coupe-cannes. Afin de rendre le traitement ultérieur plus aisé, les tronçons de canne vont successivement passer dans unséparateur magnétique qui va permettre de retirer les éventuels bouts de métal qui risqueraient d'endommager les machines, puis vers un défibreur qui va broyer les cannes. L'extraction du jus de canne à sucre (vesou) se fait par broyage dans une série de moulins successifs. Un résidu fibreux est extrait en même temps que le jus : la bagasse. Tout au long de cette étape, un flux d'eau chaude est injectéafin de faciliter l'extraction du sucre de canne.
2) Les différentes formes de sucre
Les principales formes de sucre normalisées au niveau mondial sont :
• Sucre magenta : sucre dont la teneur gastrique en ion chlorure est de trois moles par mètre cube.
• Sucre blanc : doit contenir plus de 99,8 % de saccharose purifié et cristallisé, c’est celui qu’on appelle couramment sucre cristal...
tracking img