La condition de la femme au temps de molière.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1139 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I)Introduction :

Molière dit Jean-Baptiste Poquellin est un comédien et dramaturge du théâtre Français du XVIIème siècle.
En 1662 il se mari à Armande Béjart sa cadette. L’année même de son mariage, il s’attaque à un sujet peu courant pour l’époque : la condition féminine. L’Ecole des femmes à était écrite cette année là.
En 1663, les dévots considèrent Molière comme un libertin etqualifient L’Ecoles des femmes comme une pièce obscène. Ils s’attaquent même à lui en insinuant qu’il a épousé sa propre fille.
Dans L’Ecole des femmes, Molière dénonce la condition de la femme, en analysant de façon générale le texte nous allons donc savoir quelle est cette condition.
Dans un second temps nous attirerons notre attention sur un autre texte de Molière; Dom Juan pour compléter notrejugement.
Nous tacherons de répondre à la question suivante à la fin de notre analyse ; Quelle est la condition de la femme que Molière dénonce, et apparaît elle de la même façon dans ces deux textes.

Résumé de la pièce :

Comédie en cinq actes, et écrite en rime, L’Ecole des femmes raconte les précautions inutiles d’ un homme qui tente de s’opposer aux amours des deux jeunes héros : le vieilArnolphe qui se fait appelé aussi Mr de la Souche prétend épouser Agnès, sa pupille, que courtise le jeune Horace. Celui-ci tente en vain de ravir la jeune fille, mais ne sachant pas qu’Arnolphe et Mr de la Souche sont une et même personne il lui confit ses plans et ses amours. Ce qui permet à Arnolphe de s’interposer à chacune de ses tentatives, il songe finalement à enfermer définitivement lademoiselle récalcitrante, dans un couvent. Fort heureusement, in extremis, survient le père d’Horace qui a promis d’unir son fils à la fille de son ami Enrique, et cette fille s’avère en fait être la jeune Agnès.

I) Analyse de L’Ecole des femmes :

Arnolphe, personnage principal de la pièce, choisit le genre de femme qui lui convient comme le montre ces expressions l82 : « Epouser unesotte » ou encore l100 : « En un mot je veut qu’elle soit d’une ignorance extrême ». Il nous explique même très clairement son choix quelques vers plus loin l84 : « Une femme habile est un mauvais présage » ou encore « Je ne veux point d’un esprit qui soit haut ». Arnolphe est un personnage, issue d’une haute classe sociale, typique de l’époque, ce qui pourrait nous laisser penser que la femmepour être aimée devait avoir certaines qualités définies par l’homme, qui le plus souvent était l’innocence comme il les dit à plusieurs moment du texte.
Il apparait très clairement aussi grâce à ses deux phrases l126 : « choisir une moitié », l100 « Qu’elle soit », et aussi à ses quelques requêtes formulés par Arnolphe l99 : « Je veux qu’elle », l 124 : « Je veux »… que l’homme choisit lafemme et non l’inverse, c’est lui qui définit comment elle doit être, elle n’est donc pas libre d’être elle-même.
Nous pouvons relever aussi plus clairement ; ces différentes qualités l102 « savoir prier dieux, m’aimer, coudre et filer », l100 « ignorance extrême », « sotte »l82, « soumise » l127, ou encore « pleine dépendance ». D’après ces phrases la femme est choisie selon des critèrestrès précis, qui de plus la prédit à un seul et même rôle ; coudre et filer c'est-à-dire celui de la ménagère. Elle doit obéir, et être totalement dépendante de son mari, donc ne rien faire seule.
La femme à des devoirs envers l’homme avec qui elle est mariée, dans cette pièce ils sont évoqués grâce aux Maximes du Mariages aussi appelés Les devoirs de la femme mariée. Arnolphe les fait lire àAgnès pour qu’elle apprenne quel rôle elle doit avoir en tant que femme.
De plus l’homme le plus souvent la garde pour elle et la cache de tous, comme Arnolphe le fait dans ce texte, l135 : « dans un couvent, loin de toute civilisation je la fis élever », ou encore l145 : « Je l’ai mise à l’écart ». La femme est donc coupée du monde avant même d’être mariée, elle ne doit voir personne car...
tracking img