La conscience & l'inconscient

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2233 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 1
La Conscience & l’Inconscient

I L’apport de la conscience
a) La conscience de soi comme sujet
b) La connaissance du monde

II La conscience oriente-elle la destinée ?
a) La conscience isolée de l’Homme
b) La conscience constitue la dignité de l’Homme
c) La conscience se doit morale

III L’âme est-elle nécessairement liée au corps ?
a) L’âme est lié au corps ; à lavie à la mort
b) Comment expliquer que la mort n’est pas à craindre ?
c) L’âme est immortelle

Chapitre 1
La Conscience & l’Inconscient

Etre conscient, c’est penser et agir. La conscience est un élément décisif car elle place l’Homme en dehors de lui et du monde. L’Homme devient dynamique (prise de position). L’Homme n’est pas seulement dans le monde mais face à lui. Il peut êtrecapable de se connaître.
Lorsqu’un sujet parvient à s’effacer totalement de son objet d’étude, il devient capable d’objectivité. Cependant, il y a un paradoxe ; la conscience est subjective car elle est le résultat d’un homme. Le monde devient un objet à observer, comprendre, juger et à transformer. La sphère de la connaissance ne cesse de s’agrandir. L’esprit du scientifique est celui qui prendconscience de son ignorance et cherche à établir, à partir de cette idée, un savoir. La connaissance passe par le désir de combler son ignorance. Socrate nous invite à nous connaître pour ensuite l’appliquer aux autres.

Comment apparait la conscience de soi ?

Selon Kant, la conscience chez l’enfant arrive 1 an après la prise de la parole. Dès lors, il se constitue comme une personne à partentière avec une conscience individuelle. Sa pensée est cependant syncrétique. L’enfant devient une personne. L’Homme est au-dessus des êtres terrestres. Kant a créé une hiérarchie, entre les hommes et les autres êtres vivants, par rapport à leur importance et la dignité qu’ils possèdent. La raison donne un qualificatif à la conscience. Si on considère que le « je » existe d’abord dans la pensée, danstoutes les cultures, il n’est donc pas nécessaire que cette conscience s’exprime par un mot particulier pour que les cultures soient soumissent à la puissance des stimulis sensorielles. L’Homme met de l’ordre dans ses sensations autour de la représentation de son moi. Il se distingue de son environnement. Clavlov réalise une expérience dans laquelle il donne à manger au chien alors qu’il faitsonner une cloche. Quand il refait sonner la cloche (sans avoir donné de la nourriture), le chien salive quand même. Son comportement est sous l’emprise des sens.

I L’apport de la conscience
a) La conscience de soi comme sujet

- Pyrrhonismes : monde = incertain = soumis aux changements.
- Connaissance provient des sens OR eux-mêmes sont trompeurs.
 Connaissances illusoires.

- Descartes :- recherche d’une vérité indubitable.
 Volonté de reconstruire le savoir  solide, immuable.
Utilise l’art des sceptiques, la remise en cause  doute hyperbolique.
 Raison est son outil.
 « Si Dieu est parfait, il a dû faire l’économie du monde ».  Dieu ne peut mentir mais fait croire que le monde existe.  Remise en cause de Dieu (malin génie que trompe)
 « Cogito ergo sum ergoexisto »  Conscience = vérité indubitable. La conscience st une intuition qui s’impose directement à l’esprit.
1ère conséquence (1ère vérité) : Méthode logique et véridique servant à construire l’objectivité des connaissances.
2ème conséquence : métaphysique CAR distingue l’esprit de la matière. (Dualisme cartésien).
3ème conséquence : anthropologique CAR anciens voyaient l’âme comme intellectuelle etvégétative. Avec Descartes, une seule force de pensées. D’un côté, le fonctionnement du corps et la pensée de l’autre.  Homme dissocié de l’animal CAR soumis à l’instinct.
4ème conséquence : éthique CAR Homme capable de raison. Existe chez tous les hommes.  se contrôle  liberté  libre-arbitre.

- Cogito cartésien : implique l’existence d’un moi singulier, le « Je », la conscience...
tracking img