La direction vers la raison

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1041 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Vers la raison

Pendant plusieurs siècles, le mythe a été le seul moyen par lequel on pouvait exprimer sa conception fondamentale des choses. Cependant, vers le Ve siècle av. J.-C., la philosophie est apparue et avec elle, un nouveau type de questionnement. Les philosophes ne recouraient plus aux dieux pour tenter d’expliquer la vérité sur ce qui existe, ils pensaient maintenant que la naturepeut s’expliquer par elle-même. C’est ce qu’on appelle le passage du muthos au logos (du mythe à la raison). Je tenterais de l’expliquer ici, en dégageant ses grandes lignes, en parlant du mythe et ensuite des grands philosophes qui ont largement contribué au passage du muthos au logos: Thalès, Héraclite, Parménide, Empédocle et Démocrite.

Nos ancêtres, comme nous, s’interrogeaient sur l’originede tout. Ils trouvaient des réponses dans le mythe, une histoire sacrée qui répond aux questions de grande importance, en faisant intervenir des dieux et des forces surnaturelles. Le mythe est quelque chose de très précieux, il regroupe toutes les connaissances de nos ancêtres. Quelques mythes importants, comme la Bible, ont survécus jusqu’à notre génération. De nos jours, plusieurs ont laissé lemythe dans l’oubli. Mais même si on ne le prend plus au sérieux, on espère quand même que quelque chose de magique se passera dans notre vie. Alors, même si on s’est éloigné du mythe, car la raison nous fournit des réponses logiques à nos questions, notre imagination nous ramène de temps en temps vers son esprit magique.

Le premier philosophe à s’être éloigné du mythe était Thalès. En émettantune théorie sur la nature, il poussa son questionnement dans une nouvelle direction, celle qui nous rapproche peu à peu du questionnement des scientifiques. Il supposait qu’il doit exister ce à partir de quoi est composé tout ce qui existe, et que c’était l’eau. Cette théorie peut nous paraître étrange, mais pour Thalès elle ne l’était pas, car non seulement vivait-il au bord de la mer, maisaussi, il croyait que l’eau est parout à cause des trois états qu’elle peut prendre. Thalès venait donc de s’éloigner un peu du mythe, car il a tenté d’expliquer la nature sans recourir aux dieux. Cependant, la coupure radicale entre le mythe et la raison n’était pas encore faite, car Aristote a fait un rapprochement entre la théorie de Thalès et le mythe. Aristote a souligné, en effet, que lesgénérations qui ont précédé Thalès et qui “utilisaient le mythe, ont admis la même théorie sur la nature. Ils faisaient d’océan et de Téthys les ancêtres de ce qui naît et disaient que les dieux juraient par l’eau…”

Les premiers philosophes s’intéressaient à trouver la substance qui compose tout ce qui existe, mais cela n’est pas très facile, car le monde qui les entourait changait constamment et lechangement lui-même est difficile à comprendre. Un des premiers philosophes à entrer dans le débat du changement était Héraclite. Il considérait que dans la nature il n’y a que du changement et rien de permanent. Il prétendait que tout dans la nature se ramène à des contraintes qui sont en lutte perpétuelle. Le chaud s’oppose au froid, le sec à l’humide. Et c’est ce combat qui ne laisse pas leschoses s’immobiliser. Pour Héraclite, “la lutte est donc la vie et la vie est le devenir (changement absolu)”. Mais le devenir n’est pas livré au pur hasard, “il existe un équilibre entre les contraintes qui vient d’une Raison ou d’un Logos, plus fort que les caprices des choses et des hommes”. C’est donc ainsi qu’en recourant à la raison qu’Héraclite arrive à s’éloigner davantage du mythe.Parménide, se met en désaccord avec Héraclite. Il soutient que dans la nature il n’y a que permanence et prétend “ que la même chose ne peut pas à la fois être et ne pas être”. Sa théorie peut être soutenue à l’aide d’un exemple d’une chemise qui ne peut pas être à la fois blanche et non blanche. Parménide affirme donc que pour qu’il ait changement il faut qu’il ait du non-être, mais ce dernier ne...
tracking img